Fontenay-sous-Bois : les viols collectifs jugés à huis clos

le
4
Nina, une des plaignantes dans le dossier des viols collectifs de Fontenay-sous-Bois, lors d'une conférence de presse en 2012.
Nina, une des plaignantes dans le dossier des viols collectifs de Fontenay-sous-Bois, lors d'une conférence de presse en 2012.

Presque quinze ans après les faits, les mis en cause dans l'affaire des "tournantes de Fontenay" sont trentenaires. Certains mènent une vie stable, ont un emploi, une famille. Les deux victimes, elles, peinent à reprendre le cours de leur vie. Ce mardi, seule Nina sera partie civile. Delphine* a renoncé. "Ce n'est pas un désaveu de ce qu'elle a vécu, explique son avocate, Clothilde Lepetit. Elle s'était préparée depuis quelques semaines, mais la perspective de l'audience est devenue de plus en plus réelle et la peur est montée. Elle a subi un vrai traumatisme". Nina, de son côté, est "une jeune femme dans un état effrayant", a annoncé Léon Lef-Forster, son avocat, à la veille d'un procès en appel pour viols collectifs devant la cour d'assises d'Évry. Une nouvelle fois, le huis clos a été prononcé, à la demande de la partie civile. Nina doit pouvoir "parler sans peur", car son "vécu si difficile" impose qu'elle "puisse s'exprimer librement", a argué sa défense. Une argumentation qui a fait bondir les accusés, persuadés que la presse devait jouer son rôle. "Pour moi, pour ma famille, j'ai envie que tous les gens sachent la vérité", a lancé un accusé. Alors que son avocate, dans la salle des pas perdus, se disait "prise en otage" par les secrets d'une cour d'assises qui aurait dû, selon elle, ouvrir ses portes.

Du premier procès, qui s'est tenu à l'automne 2012, la presse n'a rien su. Ou seulement ce que les avocats ont consenti à lui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le mardi 26 nov 2013 à 16:43

    pas besoin d'identité on a vu à la télé que c'était 'des chances pour la France'

  • M3493130 le mardi 26 nov 2013 à 15:34

    Une honte et c'est à huis clos! Montrez nous les coupables et donnez leur identité.

  • M4630217 le mardi 26 nov 2013 à 15:01

    Une chance pour la France ...

  • M3182284 le mardi 26 nov 2013 à 12:29

    Nos braves immigrés qui vont relever la France