Fonte, le Portugais qui a trouvé bonheur en Angleterre.

le
0
Fonte, le Portugais qui a trouvé bonheur en Angleterre.
Fonte, le Portugais qui a trouvé bonheur en Angleterre.

Capitaine discret de Southampton, José Fonte est aujourd'hui reconnu comme l'un des meilleurs défenseurs centraux du championnat anglais. Formé au Sporting et passé par Benfica, il n'a jamais pu s'imposer au Portugal, faute d'opportunités. Retour sur le parcours valonné du plus anglais des Portugais.

Ce n'est pas le Ballon d'or de Cristiano Ronaldo ni même un titre officiel, mais c'est déjà pas mal. À 31 ans, José Fonte a été désigné comme l'un des deux meilleurs défenseurs centraux de la première moitié de saison en Premier League par la chaîne Sky Sports. Son intelligence, sa régularité et son habileté technique sont autant de qualités qui lui ont permis de siéger aux côtés de John Terry, premier du même classement. Mais si Fonte est un inconnu pour bien du monde hors du Royaume (y compris au Portugal), il n'est pas devenu subitement l'un des meilleurs centraux d'Angleterre. Au terme de la saison 2013-2014, il affichait déjà des statistiques impressionnantes : 60% de duels remportés (dont 71 à domicile), près de quatre interceptions par match et 85% de passes réussies en moyenne. Pour un défenseur central, cette dernière statistique n'est pas anodine, d'autant que 75% des passes entreprises par le joueur formé au Sporting (un de plus) sont verticales. C'est peu dire qu'il est aujourd'hui un joueur taillé pour le football anglais. Il faut savoir que le bougre en est déjà à sa cinquième année à Southampton, et à sa huitième sur les terres de la reine...
Rejeté par Ronald Koeman...
Aujourd'hui, José Fonte savoure. "J'ai traversé des années de souffrance", avouait-il sur le site portugais Maisfutebol. Avant d'être reconnu comme l'un des meilleurs défenseurs de Premier League, le natif de Penafiel est passé par le centre de formation du Sporting, puis par l'équipe B. Il n'a en revanche jamais pu porter le maillot de l'équipe première. En proie au doute, il n'est à ce moment pas loin de tout plaquer. C'est là qu'un homme, l'entraîneur Norton de Matos, lui fait confiance et l'amène dans ses valises à Salgueiros, puis à Setúbal. Dans ces deux clubs, il connaît salaires impayés et précarité de l'emploi, mais joue suffisamment bien pour que Benfica le repère. Un an et demi après son départ du Sporting, il signe donc à la Luz. Fini les terrains pourris, les infrastructures en ruines, les salaires en retard. Et bonjour le banc.

Arrivé en janvier 2006 comme renfort hivernal, il a été complètement ignoré par l'entraîneur de l'époque, un certain Ronald Koeman, lequel ne lui a donné aucune chance de s'illustrer chez les aigles. "J'étais triste qu'on ne me donne pas d'opportunités, mais je comprenais. Le coach n'avait eu aucune influence sur mon transfert et l'on ne s'était...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant