Fonds de pension : Aon Hewitt souhaite plus de transparence et de stabilité juridique

le
0
(NEWSManagers.com) -

La législation et la crainte de nouvelles normes plus contraignantes sont une barrière à la mise en place des fonds de pension européens, selon une enquête menée par Aon Hewitt en décembre 2011 auprès de 60 grandes entreprises opérant en Europe et représentant plus de 2 millions de salariés.

A la question sur la pertinence des fonds de pension transfrontaliers, 76% des entreprises ayant participé à l'enquête ont exprimé leur soutien à ce type de dispositif. Toutefois, les trois principaux facteurs qui freinent les employeurs dans la mise en place de fonds de pension transfrontaliers sont la complexité perçue de la législation (66%), le manque de clarté sur la manière dont la législation européenne est mise en oeuvre et régulée au niveau national (48%), et la lourdeur perçue des exigences de la législation nationale (40%). Un autre tiers des répondants ont hésité à tirer parti de ce dispositif du Marché Unique par crainte des surcoûts que de futurs changements législatifs pourraient entraîner.

Le cabinet de conseil, qui vient de répondre à la seconde consultation de l'EIOPA (Autorité de l?assurance et des retraites complémentaires professionnelles européennes) pour la révision de la directive européenne IORP (*), plaide contre des changements législatifs qui pourraient accroître les coûts pour les employeurs au lieu d'augmenter la mise en place de retraites professionnelles complémentaires.

Selon Kevin Wesbroom, directeur au Royaume-Uni du département Gestion Risques Retraite chez Aon Hewitt, " étant donné les implications matérielles des changements potentiels décrits dans le document de consultation d'EIOPA, nous sommes inquiets, à ce stade, de l'absence d'une évaluation approfondie coûts/bénéfices quant à l'impact de ces changements. La transposition aveugle du régime de Solvabilité II prévue pour les assurances nuirait à l'accessibilité des dispositifs de retraite complémentaire professionnelle et compliquerait leur gestion" .

René van Leggelo, expert en mobilité internationale et fonds de pension européens chez Aon Hewitt France, conclut : " Je constate depuis 18 mois un intérêt grandissant sur le marché français pour une optimisation des plans de retraite complémentaire. Un certain nombre d'entreprises du CAC40 sont actuellement dans une phase d'étude de faisabilité pour un regroupement éventuel de leurs plans européens dans un véhicule unique comme une IORP " .

(*) Institutions for occupational retirement provision

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant