Fonctionnaires : Ayrault s'est engagé par écrit à ne pas geler leur avancement

le
79
Fonctionnaires : Ayrault s'est engagé par écrit à ne pas geler leur avancement
Fonctionnaires : Ayrault s'est engagé par écrit à ne pas geler leur avancement

Il a voulu mettre un terme à la polémique explosive. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a fini par confirmer par écrit ce vendredi, dans une lettre au syndicat Unsa fonction publique, qu'il n'y aurait pas de gel de l'avancement dans ce secteur. 

Dans sa missive, rendue publique ce samedi, le Premier ministre insiste : «Je vous confirme ce que j'ai déclaré publiquement, à savoir qu'il n'y aura pas de baisse du pouvoir d'achat des fonctionnaires (Ndlr : au nombre de quelque 5 millions en France) et qu'aucune mesure ne sera prise qui aurait pour objet de geler l'avancement des agents publics». Et d'ajouter : «J'ai bien noté que les organisations représentatives des fonctionnaires étaient prêtes à mener une discussion sur l'avenir de notre fonction publique dans le contexte de rétablissement de nos comptes publics». Et Jean-Marc Ayrault de réaffirmer néanmoins «le besoin de réformer la fonction publique». 

Le chef du gouvernement rassure ainsi le syndicat Unsa, auprès duquel il avait déjà tenté de déminer la controverse sur ce blocage des avancements, jeudi dernier. Le syndicat avait toutefois réclamé un engagement par écrit. 

Par sa lettre, Ayrault éteint l'incendie ravivé par Bruno Le Roux, le président du groupe PS à l'Assemblée nationale. Mercredi dernier, ce dernier avait affirmé dans l'émission Questions d'Info (LCP/Le Monde/France Info/AFP) que ce gel des avancements et des promotions était étudié par le gouvernement. Après l'émission, le député de Seine-Saint-Denis avait tenté un rétropédalage, assurant que des sujets étaient sur la table, «dont peut-être celui-là». En vain, les syndicats s'étaient insurgés contre la mesure.

La semaine précédente, c'est Vincent Peillon, ministre de l'Education, qui avait déjà allumé la polémique. Le ministre avait évoqué, en petit comité avec quelques journalistes, l'idée de faire cette proposition à Bernard Cazeneuve, ministre du Budget. Une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fgino le dimanche 16 fév 2014 à 11:42

    moi premier ministre ! je vous promets que je ne ferai rien ! sauf agiter les bras et mon regard réprobateur loin loin loin ......

  • M3553345 le dimanche 16 fév 2014 à 11:00

    IDIOT ET BETE TOUT CA POUR DES VOTES

  • psdi le dimanche 16 fév 2014 à 09:55

    fbordach : Je constate qu'il n'y a pas que la croissance qui repart. C'est fou comme François a libéré les gens. Faudrait te décoincer un peu toi aussi cela changerait. Bouge, bouge, bouge.

  • leisenb1 le dimanche 16 fév 2014 à 09:14

    Comment peut on arriver au pouvoir en étant aussi dé bile ?

  • leisenb1 le dimanche 16 fév 2014 à 09:12

    Bande de nuls

  • t.funny le dimanche 16 fév 2014 à 08:47

    Il faut doubler voire tripler le salaire des fonctionnaires, tripler les retraites avec un départ à 35 ans voire 30 ans et mettre un smic à 10000 € net voilà ce que serais capable de penser un socialo-bobo ... la France en tant que terre est belle mais sa population la rend aussi intéressante et attirante qu'une grosse mer-de ...

  • gl060670 le dimanche 16 fév 2014 à 08:41

    les salaires de le fonction p sont gelés depuis 5 ans, leur patron qui est le gouvernement devrait faire un geste

  • fbordach le dimanche 16 fév 2014 à 06:10

    Tiens, psdi, l'idiot utile c'est trompé de rubrique. Il est vrai qu'après une vie exposée aux radiations et une retraite volée c'est son QI qui doit être tout petit. il ne faut donc pas s'attendre a une grande hauteur de vue de sa part.

  • fbordach le dimanche 16 fév 2014 à 06:06

    Il n'a qu'à changer leur mode de progression qui d'automatique deviendrait au mérite !

  • b.renie le dimanche 16 fév 2014 à 05:54

    La fonction publique est à la fois la meilleure et la pire des choses. la meilleure quand elle produit un service rapide et de qualité avec des agents qui aiment les administrés pour lesquels ils sont prêts à se dévouer. La pire quand elle constitue un garage qui abrite ses agents contre les adversités que subissent de plein fouet les administrés. Elle constitue alors une caste de privilégiés brandissant la menace dés que ce statut est mis en cause, qui fait passer l'Etat par un trou de souris