Foncières : attention à la surchauffe

le
0
Altarea va aménager le futur centre commercial de la gare d'Austerlitz, à Paris. (© Kreation)
Altarea va aménager le futur centre commercial de la gare d'Austerlitz, à Paris. (© Kreation)

Le millésime 2016 a bien débuté pour les fonciè­res cotées à Paris : l’indice IEIF Siic France, qui regroupe 32 sociétés françaises, a gagné 4,9% depuis le début de l’année quand les indices CAC 40 et CAC All Tradable cèdent 6,2%.

Les facteurs de surperformance sont connus. Tout d’abord, le profil de valeurs de rendement des foncières reste recherché sous l’effet des taux d’intérêt bas. Le faible loyer de l’argent leur permet par ailleurs de réduire le fardeau du coût de la dette et donc de gonfler leur résultat net récurrent. Enfin, ces mêmes taux bas gonflent les prix immobiliers, qui servent à leur tour de valeur de référence et soutiennent les actifs nets réévalués.

Cet alignement des planètes peut-il durer ? Après une hausse de 83% depuis le point bas de novembre 2011, le compartiment est en surchauffe. La sélectivité est donc nécessaire. La plupart des grandes foncières s’échangent à leur actif net réévalué 
– leur «valeur à la casse» –, voire souvent avec une prime. On peut donc écarter la chasse aux bonnes affaires. En revanche, les foncières dotées des meilleurs portefeuilles de projets immobiliers sont à privilégier.

6,5% de rendement

C’est aujourd’hui le seul levier de création de valeur. Pour une foncière, développer un nouveau projet, qu’il s’agisse de bureaux ou d’un centre commercial, est plus rentable que l’achat d’un bien aux

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant