Foncière de Paris: la bataille d'OPA touche à sa fin.

le
0

(CercleFinance.com) - Eloignons-nous deux minutes du séisme financier que vient de provoquer le succès inattendu du Brexit au Royaume-Uni pour revenir, à la Bourse de Paris, sur l'issue de la bataille qu'Eurosic et Gecina se livrent depuis plusieurs mois pour le contrôle d'une troisième foncière, la Foncière de Paris (FDPA). Le terme de ce combat dans lequel les actionnaires minoritaires ne doivent pas être oubliés est proche.

En effet, Eurosic a initialement lancé une offre recommandée en titres (à 136 euros par action) et en cash sur Foncière de Paris, l'un des rares gérants de bureaux parisiens à être spécialisé sur la rive gauche de la capitale française (6 et 7e arrondissement).

Gecina, une autre société SIIC de taille plus imposante, est elle aussi intéressée par FDPA et a déposé une contre-offre : 150 euros en cash et une offre en titres, à la fin du mois de mai. Dernièrement, elle a ajouté une offre d'échange en obligations subordonnées remboursables en actions 'OSRA' Gecina.

Dans la presse, Eurosic et Gecina ont vanté les mérites de leurs offres respectives, parfois en des termes vifs. Entre temps, Eurosic a racheté les 26,6% de FDPA détenus par Allianz et Generali. Puis que d'autres actionnaires, le groupement de mutuelles Covéa (29,6% du capital de FDPA), ACM Vie (11,5%) et la SCI La Tricogne (5,8% de FDPA), ont annoncé qu'ils préféraient d'offre d'Eurosic. Ce dernier semble donc bien parti pour l'emporter, malgré une offre moins disante.

Mais Gecina ne l'entend pas de cette oreille et a insisté sur le fait que certains actionnaires de FDPA, Covea et ACM Vie, sont aussi présents au tour de table... d'Eurosic, à hauteur de 21,8 et 12,2% respectivement. Gare au risque de conflit d'intérêts.

Les actionnaires minoritaires de FDPA seraient-ils condamnés à suivre les “gros” et à apporter leurs titres à l'offre la moins disante ? Colette Neuville, la présidente de l'Association des actionnaires minoritaires (Adam), ne l'entend pas de cette oreille : “un certain nombre d'actionnaires ont un comportement irrationnel”, a-t-elle déclaré au Figaro le 22 juin. “Ils préfèrent l'offre la moins chère. Je vais demander à l'AMF si elle estime qu'il s'agit d'une action de concert”, affirme-t-elle.

Alors que Gecina et Eurosic campent sur leurs positions, on attend maintenant l'avis motivé de le formation restreinte du conseil de surveillance de Foncière de Paris. Quand ? Le mercredi 29 juin a priori. A suivre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant