Foisonnement d'idées pour les pansements du futur

le
0
Foisonnement d'idées pour les pansements du futur
Foisonnement d'idées pour les pansements du futur

Capteurs connectés, hydrogels, photothérapie... Une fièvre d'innovations saisit la recherche sur les plaies chroniques, stimulée par le vieillissement de la population et l'explosion du diabète, mais avoir des solutions fiables et économiquement viables prendra du temps, prédisent les spécialistes."Il y a un foisonnement d'idées" pour accélérer le traitement de ces plaies longues à cicatriser, douloureuses pour les patients et coûteuses pour les systèmes de santé, déclare à l'AFP Luc Téot, président de la société française des plaies et cicatrisations et chirurgien au CHRU de Montpellier.Mais dans le lot, "il y a aussi des paillettes et de la poudre aux yeux. Cela tient un peu du Far West", car ce marché est "très ouvert", estime-t-il.Le marché mondial du traitement des plaies devrait représenter 20,4 milliards de dollars en 2021, contre 17 milliards de dollars en 2016, soit un taux de croissance annuel moyen de 3,6%, selon une étude du cabinet MarketsandMarkets.Le segment du traitement avancé des plaies, qui porte notamment sur les plaies chroniques, devrait connaître la plus forte croissance du marché sur cette période, selon cette étude.Avec la miniaturisation croissante de l'électronique fleurissent des projets de capteurs connectés pour suivre l'évolution de la cicatrisation en mesurant différents paramètres, voire pour déclencher une réponse thérapeutique du pansement, qui devient en quelque sorte autonome.Aux Etats-Unis, des chercheurs du MIT développent par exemple un hydrogel particulièrement souple et biocompatible, avec des capteurs et des doses de médicaments embarqués.En Grande-Bretagne, des chercheurs de l'université de Bath (sud-ouest) ont inventé un pansement devenant fluorescent dès qu'il détecte une infection bactérienne. "Notre pansement devrait permettre à la fois de dépister très rapidement une infection, et d'éviter la prescription d'antibiotiques pour des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant