FOCUS : « le paradoxe du CAC 40 » (étude Ricol Lasteyrie)

le
12
Les entreprises du CAC 40 gardent une structure financière solide malgré une faible valorisation boursière retombée au niveau de leurs fonds propres selon Sonia Bonnet-Bernard, associée-gérante du cabinet Ricol Lasteyrie.

La sixième édition du Profil Financier du CAC 40(1), publiée par Ricol Lasteyrie, met en avant un paradoxe, à savoir la chute des valorisations boursières sur la période de cinq ans que couvre l'étude alors que dans le même temps les entreprises ont continué à croître et à créer de la valeur. Pour les entreprises, en effet, presque tous les indicateurs sont orientés à la hausse. Leurs structures financières se sont sensiblement renforcées, le chiffre d'affaires global du CAC 40 progresse de 4 %, c'est-à-dire au même rythme que la croissance mondiale, la marge opérationnelle poursuit son redressement en s'établissant à 9,5 % contre seulement 7,8 % au plus fort de la crise en 2009. Enfin, les investissements ont progressé de 11 % l'an dernier.

Or, pour la première fois depuis que nous réalisons ce Profil, la valeur boursière du CAC 40 est retombée au niveau des fonds propres des sociétés de l'indice. Le ratio price to book, c'est-à-dire la valorisation boursière sur la valeur comptable, est désormais de 1. Cet alignement est un phénomène rare. En effet, la capacité d'une entreprise à réaliser de la croissance ainsi qu'une partie de la richesse immatérielle se reflètent habituellement dans la capitalisation boursière, ce qui n'est pas le cas actuellement. En outre, les valeurs comptables traduisent, par définition, une approche prudente de la valeur des actifs - d'ailleurs, le montant des fonds propres est souvent assimilé au « prix à la casse » d'une entreprise.

Comment expliquer un tel phénomène alors qu'en 2006 et 2007 la capitalisation boursière représentait plus de deux fois les fonds propres du CAC 40 ? Pour commencer, cette déprime boursière ne touche pas de la même façon toutes les sociétés et tous les secteurs du CAC 40. Assez logiquement, le secteur Banques & Assurances, handicapé par la crise de la dette souveraine, est le plus touché avec un ratio price to book moyen de 0,5. La rentabilité des industries régulées - énergie, services aux collectivités, télécommunications et télévision - est également limitée en raison d'aléas réglementaires, d'où des price to book relativement bas : EDF (P/B de 1,1), Suez (P/B de 0,7), Veolia (P/B de 0,6), France Télécom (P/B de 1,2)...

Le secteur Industrie & BTP affiche, quant à lui, un profil contrasté. C'est en effet dans ce secteur qu'on trouve les deux plus fortes valorisations en termes de P/B - Essilor (3,4) et Air Liquide (2,7) - mais également les deux plus faibles valorisations - Renault (0,3) et Peugeot (0,2). Les écarts s'expliquent en grande partie par la capacité des entreprises industrielles à profiter, ou non, de la croissance mondiale. Les entreprises trop centrées sur le marché européen souffrent davantage. Enfin, le secteur des Biens et Services aux consommateurs a le P/B moyen le plus élevé (1,9). Comme dans l'industrie, un certain nombre d'acteurs de ce secteur (L'Oréal, LVMH, Danone, Pernod Ricard...) ont parfaitement réussi à développer une stratégie internationale et à imposer leurs marques dans les pays émergents. On note à cet égard que, depuis 2006, la part du chiffre d'affaires réalisé par les sociétés du CAC 40 hors d'Europe a progressé de 11 points, passant de 27 à 38%.

Si la baisse des valorisations est due pour l'essentiel à des facteurs exogènes, il est néanmoins important de souligner que la rentabilité globale du CAC 40 s'est affaiblie suite à la crise économique. Avant celle-ci, le ROE (bénéfice net sur capitaux propres) du CAC 40 oscillait autour de 15 %. Or, il ressort à environ 10 % depuis deux ans. Ainsi, les entreprises n'ont pas réussi jusqu'à présent à compenser la rupture de tendance provoquée par la récession de 2009.

(1) : le Profil Financier du CAC 40 se base sur l'analyse des états financiers 2011 publiés au printemps 2012.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1281152 le lundi 16 juil 2012 à 16:57

    C'est fou ce que vous manquez de délicatesse dans vos propos, elle a l'air plutôt gentille, se veut rassurante et le rouge lui va très bien, un ange je vous dis !

  • r.espic le lundi 16 juil 2012 à 16:15

    La valeur d'une entreprise est liée aux bénéfices futurs qu'elle pourra dégager. Tout le reste n'est que spéculation. Nous sommes en DEPRESSION pour quelques années. Les bénéfices risquent d'être fortement impactés. Mme raconte ce qu'on lui dit de raconter.

  • samielie le lundi 16 juil 2012 à 14:31

    Esperons juste que le fosse riches et autres ne nous mene dans le mur........Surtout si la speculation n est pas maitrisee............

  • samielie le lundi 16 juil 2012 à 14:20

    les investisseurs font le marche, ils se trompent parfois mais pas souvent........ET QUAND ILS SENTENT QU ILS ONT ETE LESES ILS NE SONT PAS PRETS D ACCORDER FACILEMENT LEUR CONFIANCECertains ramassent dans le creux encore faut il avoir les reins solides et reperer les valeurs , #les inities et les...#, ne pas oublier que pour les valeurs du cac il sagit d entreprises tournees vers l international,....La BOURSE A TOUJOURS RAISON SUR LE MOYEN-LONG TERME

  • M7210200 le lundi 16 juil 2012 à 11:34

    elle doit avoir acheté sur 3500 pts voir bien plus et essaie de faire croire que le cac est sous evalué c faut le cac vaut 2500pts max avec la mega recession qui arrive

  • heimdal le lundi 16 juil 2012 à 10:36

    Elle a compris mais elle fait semblant d'être bête :"achetez les petits ,c'est pas cher !" ,c'est comme l'immobilier en Espagne ,ça a chuté de 25 % mais ça en vaut encore 30 de moins au vu des anticipations futures .

  • touvert6 le lundi 16 juil 2012 à 09:04

    LE MARCHE A RAISON SUR LE PRESENT MAIS A TORT POUR DEMAIN PROCHE LE MARCHE VA SE FAIRE DEMONTER LAMINER ET JE VAIS RIGOLER

  • unknown9 le lundi 16 juil 2012 à 08:51

    encore une qui n'a pas comprise que le pricing dépend des anticipations futures...

  • M140210 le lundi 16 juil 2012 à 08:48

    marshaka : pas d'accord, la bourse n'aime pas l'incertitude quelque soit la situation.

  • M1613438 le lundi 16 juil 2012 à 08:18

    et ca ne risque pas de s'arranger