FOCUS Actionnaires individuels : Des actionnaires et des entreprises en quête d'une relation de plus en plus interactive (Capitalcom)

Boursorama le
14
Deux millions d’actionnaires individuels partis depuis 2008, moins de 10% des actions des groupes du CAC 40 entre les mains des particuliers français, l'actionnariat populaire est à relancer estime Caroline de La Marnierre, présidente de Capitalcom.

Le débat sur le rôle des investisseurs français se pose plus que jamais, au regard du contexte actuel. La forte érosion de l’actionnariat individuel français depuis 2008, caractérisée par le départ de plus de 2 millions d’actionnaires, soulève avec insistance la question du financement des entreprises. En effet, tributaires de nouveaux capitaux pour financer leur croissance, leurs travaux de recherche, leurs exportations et, bien entendu, leurs créations d’emplois, les sociétés doivent également faire face à un contexte financier incertain, marqué par une dégradation de la conjoncture économique et la montée en puissance d’investisseurs spéculatifs ou de court terme.

Véritables stabilisateurs en temps de crise et interlocuteurs de bon sens en zone de turbulences, les quatre millions d’actionnaires individuels français constituent l’un des soutiens majeurs à la performance économique et durable des sociétés au sein desquelles ils prennent le risque d’investir.

Convaincus de l’importance des petits porteurs pour les entreprises et, plus généralement, pour l’économie nationale, nous avons souhaité, chez Capitalcom, prendre le pouls de l’actionnariat individuel françaisen menant une grande enquête quantitative* auprès des actionnaires individuels. Il en ressort trois enseignements majeurs :

1. Une confiance « modérée » dans les marchés financiers

48% des actionnaires déclarent avoir une confiance modérée dans le marché « actions », tandis qu’ils sont 46% à avoir une confiance faible ou nulle. Néanmoins, loin de céder à la panique, plus de sept actionnaires interrogés sur dix ont conservé - voire renforcé - les positions qu’ils détenaient au sein de leur portefeuille boursier au cours des deux dernières années.

2. Une forte volonté d’implication dans la vie des entreprises

85% des actionnaires individuels estiment qu’ils ont un rôle à jouer au sein des entreprises dans lesquelles ils ont investi. Concrétisation de cette perception et preuve d’une volonté d’implication, près de 80% d’entre eux affichent le souhait de participer davantage et personnellement à la vie des entreprises.

3. Une demande d’interactivité croissante dans le but de restaurer la confiance

Si l’on observe un véritable clivage parmi les sondés, 51% d’entre eux jugeant « satisfaisante » la communication des entreprises et 38% la considérant comme « insuffisante », la demande d’une relations basée sur le dialogue et le partage avec les entreprises fait quasiment l’unanimité chez les actionnaires individuels. Ainsi, 83% des actionnaires souhaitent que la communication des sociétés soit basée sur des outils interactifs, permettant un échange régulier et constructif entre celles-ci et leurs actionnaires individuels.

Cette volonté d’implication des actionnaires dans la vie des entreprises constitue simultanément une opportunité et une responsabilité pour les sociétés françaises. Ainsi, on ne peut que déplorer que moins de 10 % des actions des groupes du CAC 40 soient aujourd’hui entre les mains des particuliers français. En conséquence, il apparaît indispensable de relancer un actionnariat populaire afin de restaurer l'équilibre capitalistique de nos entreprises, garantie de la mise en oeuvre de stratégies de croissance solides, innovantes, socialement responsables et durables au regard de notre environnement.

* Capitalcom a réalisé cette enquête par voie électronique auprès de plus de 18 000 actionnaires individuels, dont 13 000 extraits de la base de données F2IC, entre le 3 et le 10 septembre 2012.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6111389 le mercredi 21 nov 2012 à 07:43

    Ce n'est le trading haute fréquence qui va tuer les actionnaires individuels mais le gouvernement verts-socialos avec ses méthodes """"1er taxes 2ém taxe puis taxes'''''. Avec la mise en place d'un futur ....Crédit Lyonnais... collectant les fonds par Liv A, LDD etc à 2.25% on va voir si les entreprises pourront emprunter à moindre coût ... à moins comme d'habitude le contribuable fera la différence.

  • M4761235 le dimanche 21 oct 2012 à 10:20

    Voila c'est bien la fin des actionnaires individuels !Bravo !La suite au prochain numéro

  • wikus le mardi 9 oct 2012 à 11:53

    encore une gonzesse qui ne sert à rien si ce n'est que montrer ses cuisses !

  • wikus le mardi 9 oct 2012 à 11:51

    Si j'ai bien compris, Caroline de La Marnierre, présidente de Capitalcom estime qu'il manque de pigeons à plumer ?

  • M4761235 le lundi 8 oct 2012 à 20:43

    Vendez ! Fuyez ! ça sent l'arnaque de tous les côtés !

  • M9566237 le lundi 8 oct 2012 à 17:32

    Toute expérience malheureuse doit servir de leçon de prudence.

  • M9566237 le lundi 8 oct 2012 à 17:27

    La seule solution ne plus investir et ne plus rien placer si c'est pour se faire plumer

  • M4761235 le lundi 8 oct 2012 à 16:05

    Vu les dernières décisions et celles à venir notamment en matière fiscale, c(est tout le contraire qui se prépare et qui va finir par décourager l'actionnariat individuel ou ce qu'il en reste !!!

  • M8958307 le lundi 8 oct 2012 à 16:04

    qu'est ce que cet article. Aulieu de dire que l'actionnaire est d'abord plumé par le trading haute fréquence , puis par les rumeurs organisées , et enfin par nos gouvernants.un article pour servie le pouvoir en place...Il n'y apu place pour des actionnaires individuels en France . Pointinutile de raconter le contraire avec le niveau de taxation d'aujourd'hui.

  • M7361806 le lundi 8 oct 2012 à 15:59

    Méprisés par le gouvernement volés par des dirigeants bien gras , que reste t'il au petit actinnaire?