Fnac-CGT, FO et SUD ne signeront pas l'accord du dimanche

le
1
 (Actualisé avec la réaction des syndicats) 
    PARIS, 20 janvier (Reuters) - Les syndicats majoritaires de 
la Fnac  FNAC.PA  ont annoncé mercredi qu'ils ne signeraient pas 
l'accord sur le travail du dimanche auquel l'enseigne est 
parvenue avec trois organisations syndicales rassemblant 30% des 
voix. 
    Le distributeur de produits culturels, électroniques et 
électroménagers a indiqué dans un communiqué avoir obtenu une 
intention de signature de la CFDT, de la CFTC et de la CFE-CGC. 
    Mais les syndicats CGT, FO et SUD, qui rassemblent plus de 
la moitié des voix, ont fait savoir peu après qu'ils 
exerceraient leur "droit d'opposition" au travail dominical. 
    "Nous considérons que chaque salarié a le droit de vivre 
dignement sans avoir à vendre une partie de son droit au repos 
pour chercher à obtenir l'argent qui lui manque", expliquent les 
trois syndicats dans un communiqué commun. 
    Ils soulignent que les "bons résultats financiers (...) sont 
construits principalement sur des plans d'économie dont la masse 
salariale est la principale variable d'ajustement" et que le 
groupe vise "à travers la paupérisation des salariés restants un 
volontariat contraint de travailler sur des horaires atypiques 
donnant lieu à des contreparties financières". 
    Une période d'information-consultation va maintenant débuter 
à la Fnac pour une durée de deux à trois mois, après laquelle 
les syndicats disposeront d'un délai de 8 jours pour s'opposer à 
l'accord.  
    Pour exercer leur droit de veto, ils doivent rassembler plus 
de 50% de la représentation syndicale. 
    La Fnac propose aux salariés volontaires un doublement du 
salaire le dimanche, assorti d'un repos compensateur, dans les 
magasins qui n'ouvriront pas plus de 12 dimanches par an, dits 
"dimanche du maire". 
    Ailleurs, le salaire sera triplé pour les 12 dimanches les 
plus importants de l'année et sera doublé pour les autres. 
    Les salariés se verront aussi proposer une allocation de 100 
euros pour garde d'enfants et une prise en charge de frais de 
taxi. 
    A ce jour, aucun accord de branche n'a été trouvé dans les 
grands magasins.  
    Compte tenu d'un blocage qui semble durable, les Galeries 
Lafayette et le Printemps devraient décider d'ouvrir des 
négociations d'entreprise pour espérer parvenir à un accord 
avant la saison touristique, indique-t-on auprès de l'Union du 
commerce de centre-ville (UCV), chargée de piloter les 
négociations de branche. 
 
 (Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • zouquett il y a 11 mois

    trouvez-moi un contre argument ? Tout est dit ! Mais les syndicats CGT, FO et SUD, qui rassemblent plus de la moitié des voix, ont fait savoir peu après qu'ils exerceraient leur "droit d'opposition" au travail dominical. "Nous considérons que chaque salarié a le droit de vivre dignement sans avoir à vendre une partie de son droit au repos pour chercher à obtenir l'argent qui lui manque", expliquent les trois syndicats dans un communiqué commun.