FN : Marion Maréchal Le Pen candidate en PACA si son grand-père ne l'est pas

le
0
FN : Marion Maréchal Le Pen candidate en PACA si son grand-père ne l'est pas
FN : Marion Maréchal Le Pen candidate en PACA si son grand-père ne l'est pas

Le Front national a les yeux fixé sur l'horizon des régionales. Ces élections devraient, sauf nouveau changement de calendrier, se dérouler en décembre 2015, dans un peu plus d'un an, et le FN sait qu'à cette occasion, il peut obtenir un nouveau succès électoral. Interrogée ce mardi sur RMC quant à son éventuelle candidature, Marion Maréchal-Le Pen a répondu qu'elle le serait «peut-être» et à la condition que son grand-père Jean-Marie Le Pen ne se présente pas. «S'il souhaite être candidat, je ne maintiendrai pas ma candidature».

La jeune députée du Vaucluse, si elle était élue à la tête de la Provence-Alpes Côté d'Azur (Paca), ne conserverait pas son mandat à l'Assemblée nationale.

La réponse du berger à la bergère ne s'est pas faite attendre : «La question n'a pas encore été posée mais il me paraît logique que je sois la tête de liste, a déclaré Jean-Marie Le Pen au site d'information marseillais Marsactu. Je crois que je suis la meilleure locomotive pour ces élections régionales».

Sur Europe 1, le secrétaire d'Etat en charge de la réforme territoriale André Vallini (PS) a confié son inquiétude sur ce scrutin, alors que la nouvelle carte des régions passe une deuxième fois devant l'Assemblée nationale ce mardi après-midi. «Au vu des sondages actuels, c'est vrai que le Front national est une menace. Les responsables politiques inquiets de la montée du FN dans le nord et le sud. On parle d'une, deux ou trois régions...», a-t-il affirmé, citant ensuite le Nord Pas-de-Calais, avec la Picardie selon le nouveau découpage territorial souhaité par le gouvernement, ainsi que la région Paca. «Il faut craindre cette menace pour les institutions nationales mais aussi la combattre, en expliquant que les solutions du Front national sont mauvaises». 

Quant au parti socialiste, qui détient presque toutes les régions, il «peut redouter d'en perdre quelques unes. Nous avons un an devant nous une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant