FN : Marine Le Pen a-t-elle un compte caché sur Twitter ?

le , mis à jour à 13:39
2
FN : Marine Le Pen a-t-elle un compte caché sur Twitter ?
FN : Marine Le Pen a-t-elle un compte caché sur Twitter ?

Faux avatar à la langue bien pendue? Ou véritable masque pour s'exprimer sans filtre sur Twitter ? Les quotidiens Libération et Le Monde affirment tous deux ce vendredi que Marine Le Pen détient un autre compte Twitter, parallèle à son compte officiel. Sous le nom d'Anne Lalanne, Anne étant son deuxième prénom et Lalanne le nom de jeune fille de sa mère Pierrette, la présidente du Front national serait plus libre de réagir, d'ironiser ou de gronder moins ses adversaires politiques, ce qu'elle ne s'interdit jamais de faire officiellement, que l'eurodéputé FN Bruno Gollnisch, le président du très droitier Club de l'Horloge Henry de Lesquen ou de réagir aux interpellations du site internet «Français de Souche».

Ouvert en avril 2013, le compte compte 775 tweets, près de 200 abonnements. Son nombre d'abonnés, marginal, a pratiquement triplé en quelques heures, et pendant plus de deux heures, « Anne Lalanne » a été l'expression la plus communément utilisée sur le réseau social, les papiers de Libé et du Monde faisant œuvre d'attraction. D'ailleurs, en milieu de matinée, Anne Lalanne a eu un mot de remerciement pour ces médias, assurant cependant que « cette info est une nouvelle fois bidon ».

Merci à libé j'ai plein de nouveau tweetos !!! Mais pas pour les bonnes raisons parce que cette info est une nouvelle fois bidon — anne lalanne (@enimar68) 4 Septembre 2015

Quant à Marine Le Pen, contactée par nos soins, elle a sobrement réagi par SMS d'un « ce compte n'est pas le mien ».

Pourtant, dans l'entourage de l'eurodéputée, on a confirmé mordicus aux deux quotidiens que Marine Le Pen et Anne Lalanne ne faisaient qu'une. Ce serait donc bien la première qui sous couvert de la seconde retweeterait les messages de son vice-président Florian Philippot, de son compagnon Louis Aliot, certains de sa nièce Marion Maréchal Le Pen, de certains de ses collaborateurs, appelant aussi des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.