FN : Jean-Marie Le Pen se dit «prêt à faire la guerre»

le , mis à jour à 12:58
1
FN : Jean-Marie Le Pen se dit «prêt à faire la guerre»
FN : Jean-Marie Le Pen se dit «prêt à faire la guerre»

La grande bataille attendra. En cette journée caniculaire, Jean-Marie Le Pen n'est pas resté bien longtemps, ce vendredi matin, au siège du Front national à Nanterre (Hauts-de-Seine). Mais au lendemain du jugement rétablissant «tous les droits attachés à sa qualité d'adhérent et le cas échéant à celle de président d'honneur», le vieux leader tenait à marquer son territoire.

Arrivé comme annoncé à 11 heures pétantes au Carré, le cofondateur du FN est reparti peu après. «Il fait 33°. Je ne me vois pas la capacité physique d'y travailler. J'ai fait l'acte de réappropriation de mon bureau si j'ose dire», explique le patriarche de 87 ans.

Une visite brève, mais suffisante pour faire passer son message devant micros et caméras. «La bataille sera menée jusqu'au bout, jusqu'à la victoire», prévient-il. Le belliqueux octogénaire montre les muscles. «Je viens les mains ouvertes, mais si on veut me faire la guerre, je suis prêt à la faire.»

Un message personnel à sa fille

Alors qu'une réunion de la commission nationale d'investiture a été «déprogrammée», selon lui, en raison de sa possible venue, Jean-Marie Le Pen ironise. Et adresse un message tout personnel à sa fille, Marine Le Pen, la présidente du mouvement. Ce qu'il voudrait lui dire? «De respecter les règles, de respecter le fondateur du FN et de respecter son père.»

Alors que le Front national fait appel de la décision du tribunal de grande instance de Nanterre annulant les sanctions prononcées contre Jean-Marie Le Pen suite à d'énièmes provocations antisémites et pétainistes, une nouveau front s'est ouvert. Car le cofondateur du parti est bien décidé à contester la tenue du congrès, qui doit notamment, si les adhérents ratifient les nouveaux statuts, supprimer la fonction de président d'honneur créée spécifiquement pour lui.

VIDEO. FN : Jean-Marie Le Pen «prêt à faire la guerre» contre sa fille

Ce vendredi encore, il a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.guer le vendredi 3 juil 2015 à 14:05

    il est évident que les magistrats, généralement de gauche, avaient tout intérêt à remettre J.M LP en selle pour diminuer l'attractivité du FN auprès des français