FN: Gollnisch renonce en Paca et critique les héritières Le Pen

le , mis à jour à 11:24
1
FN: Gollnisch renonce en Paca et critique les héritières Le Pen
FN: Gollnisch renonce en Paca et critique les héritières Le Pen

Un boulevard s'ouvre devant elle. Ce vendredi matin, le bureau politique du Front national désigne une demi-douzaine de têtes de liste pour les élections régionales. Et en Provence-Alpes-Côte d'Azur, rien ne s'oppose à ce que Marion Maréchal-Le Pen soit investie. Outre le soutien de son grand-père et de sa tante, elle est désormais seule en lice. 

Sans surprise, son unique rival, Bruno Gollnisch, qui s'était déclaré à la faveur du retrait de Jean-Marie Le Pen, a annoncé ce vendredi matin sur France 2 qu'il lui laissait le champs libre. « Je ne voudrais pas troubler la réconciliation familiale et, j'espère politique, entre les trois générations de la famille Le Pen », a d'abord affirmé le député européen, à qui Jean-Marie Le Pen, du temps de sa candidature, avait promis la présidence s'il emportait la région, et qui souhaitait la même chose pour sa petite-fille.

« Je pensais que mon expérience de président de groupe au conseil régional et ma connaissance de ces dossiers pouvait être utile à une région que je représente au parlement européen. Apparemment ces jeunes gens préfèrent rester entre eux », a-t-il raillé, faisant allusion aux propos récents de la plus jeune des élus Le Pen, à propos de laquelle qu'être «membre de la famille jusqu'ici ne lui a pas nui».

Gollnisch : « En quoi sommes-nous nouveaux ?»

Mardi dans plusieurs interviews, la députée du Vaucluse estimait que, « qu'on le veuille ou non, en termes d'image, (Bruno Gollnisch) incarne le Front d'une certaine époque, qui me semble un peu révolue. Du fait de mon jeune âge, j'espère incarner la génération qui vient et le renouveau ». Elle disait aussi vouloir travailler avec son équipe.

« Au delà de ma personne qui n'a pas grand intérêt, il faut ouvrir le débat », rétorque Gollnisch qui se pose en héritier du président historique du Front. « En quoi sommes-nous nouveaux ? Qu'avons nous abandonné que des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 17 avr 2015 à 11:35

    Tiens donc, la scission est en cours, l'épicerie familiale commence à agacer.....