FN: ces candidats venus d'ailleurs

le
0

On les appelle les «ralliés». Ils ont été à gauche, au centre ou à droite avant de rejoindre le Front national.

«En 1976, Georges Marchais avait fait avancer la réflexion politique en disant que l'immigration posait un problème et qu'avec le prolongement de la crise, cela risquait d'aggraver la situation des travailleurs français.» L'ancien communiste militant qui s'exprime en ces termes a rompu avec le PCF en 2001. Rallié récemment au FN, après des années d'opposition au sein du conseil municipal, José Évrard conduit désormais une liste aux couleurs du Rassemblement Bleu Marine à Billy-Montigny (Pas-de-Calais). «Ici, on s'est battu pour la relance charbonnière et mon ralliement n'est pas une rupture, explique-t-il, car lorsque j'entends Marine Le Pen défendre notre souveraineté, notre indépendance et notre monnaie nationales, cela me parle.» Ce fils de mineur n'est pas choqué par les attaques qu'il suscite depuis quelques mois en s'affichant au FN. Jadis, il ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant