FN : 7 jours de guerre ouverte chez les Le Pen

le
0
Marine Le Pen a succédé à son père Jean-Marie Le Pen à la tête du Front national en 2011.
Marine Le Pen a succédé à son père Jean-Marie Le Pen à la tête du Front national en 2011.

"Je ne comprends pas Jean-Marie Le Pen. Pourquoi fait-il cela ?" Des sanglots dans la voix, ce militant, responsable d'une importante fédération FN, révèle l'état d'esprit qui règne au Front national après les provocations du président d'honneur du parti. Il est 9 heures, jeudi 2 avril, lorsque les téléphones de l'état-major du FN se mettent à vibrer. À peine surpris, les uns et les autres découvrent que Jean-Marie Le Pen a de nouveau qualifié les chambres à gaz de "détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale" à la suite d'une question du journaliste Jean-Jacques Bourdin sur RMC. En congé, Marine Le Pen prend publiquement ses distances avec son père. Ce n'est pas la première fois : dès son accession à la présidence du FN, en janvier 2011, elle avait affirmé au Point que les camps nazis avaient été "le summum de la barbarie". RETROUVEZ ici l'interview de Marine Le Pen paru dans Le Point en 2011cliquez iciDe retour à son domicile, Jean-Marie Le Pen s'installe confortablement dans son bureau. Il lit avidement les articles relatant sa dernière saillie. Contacté par Le Point.fr, il lâche : "Je suis un homme libre ! Je n'ai pas changé, je n'ai jamais plié. Mon propos n'est pas subversif : c'est comme dire que mon fauteuil est un détail de mon bureau. Cela veut dire ce que cela veut dire." Le fondateur du FN est un habitué des provocations et des polémiques qui s'ensuivent. Depuis 1987 où, au micro...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant