FMI : un second rival surprise pour Lagarde 

le
0
Le gouverneur de la banque centrale israélienne, Stanley Fischer, s'est déclaré in extremis. Malgré son CV impeccable, la ministre française reste favorite.

Avec sa candidature à la direction générale du FMI, annoncée samedi à la dernière minute, après celles de Christine Lagarde et du Mexicain Agustin Carstens, le patron de la banque centrale d'Israël va tester la sincérité des pays qui pèsent au conseil d'administration du FMI. Ils affirment depuis des semaines que «la compétence et non pas la nationalité» doit primer dans le choix du successeur de Dominique Strauss-Kahn.

Or Stanley Fischer, très apprécié par le staff du Fonds où il est toujours surnommé «Stan», est l'un des meilleurs économistes du monde. Il dispose d'une expérience sans pareille en matière de gestion de crises. Diplômé de la London School of Economics et du Massachusetts Institute of Technology (MIT), il a travaillé avec les Prix Nobel Paul Samuelson et Robert Solow. Il a dirigé la thèse de Ben Bernanke, le patron de la Fed. Il est l'auteur de manuels d'économie de référence. Numéro deux du FMI dans les années 1990, aux côtés du F

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant