FMI: l'Europe veut conserver le fauteuil de DSK  

le
0
Plusieurs ministres européens ont déjà ouvert la course à la succession du patron du FMI. Le nom de la ministre de l'Économie française, Christine Lagarde, est évoqué.

La pression européenne monte contre Dominique Strauss-Kahn. Brisant la loi du silence, plusieurs de ses interlocuteurs dans l'UE - à commencer par les femmes - ont suggéré que le patron du FMI incarcéré devrait renoncer à ses fonctions pour sauvegarder les intérêts du Vieux Continent.

L'Autriche conduit la charge la plus directe. Strauss-Kahn «devrait lui-même réfléchir au tort qu'il cause à l'institution», a lancé à Bruxelles la ministre conservatrice des Finances, Maria Fekter, interrogée sur l'opportunité d'une démission. Berlin inspire souvent les positions de Vienne et la mise en demeure n'est pas passée inaperçue après que la chancelière Merkel a implicitement ouvert la succession lundi soir.

Pour l'Espagne, la ministre socialiste Elena Salgado, elle aussi venue pour un rendez-vous financier, a voulu remettre les pendules à l'heure : «Les crimes dont (Strauss-Kahn) est accusé sont d'une gravité extraordinaire. La solidarité, la mienne en tout cas, e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant