Flynt : "Le football est une source d'inspiration"

le
0
Flynt : "Le football est une source d'inspiration"
Flynt : "Le football est une source d'inspiration"

Flynt, c'est le genre de rappeur qui annonce la couleur très vite dans ses morceaux : "J'suis tellement de Paris que mon blase commence par FL". Un homme qui a surnommé son premier album "J'éclaire ma ville" en hommage à Paris. Alors, peu de jours avant Marseille-Paris, Flynt est l'homme idéal, pour ne pas dire parfait, pour parler musique, football et PSG.

Flynt, rappeur issu de Paris, est-il foncièrement fan du PSG ? Oui, bien sûr. Je suis né à Colombes, je suis parisien, je vis ici. Pour moi, ça a toujours été une évidence de supporter le grand club local. C'est normal, c'est logique.
À quand remonte ton coup de foudre pour le club ? J'ai découvert le football à la radio. Je me souviens que j'écoutais les multiplex quand j'étais tout petit. Avant même d'avoir vu un match à la télé, j'ai aimé le foot grâce à la radio. Ma mère écoutait tout le temps la radio quand j'étais gamin, et moi, ce que je captais, c'était quand ils donnaient les résultats du championnat pendant les infos. J'allais coller l'oreille au poste quand ils parlaient de foot. Et puis, un jour, j'ai compris qu'on pouvait écouter les matchs commentés en direct, j'avais découvert le multiplex ! C'était Europe 1 ou RTL, je crois, ou France Inter peut-être, ou les trois même, enfin j'écoutais ça. Même encore aujourd'hui, j'aime bien écouter les matchs commentés à la radio.
Et à la télé ? Ah, des souvenirs de foot à la télé de quand j'étais môme, j'en ai plein. Je me souviens de Bordeaux qui avait une putain d'équipe dans les années 80, ma mère est originaire de Bordeaux, et moi, j'aimais bien Bordeaux, c'était mon équipe avec Paris, j'ai des souvenirs de France-Allemage 82, France-Portugal 84, France-Espagne 84, Arconada, Chalana, Lille la bête noire du PSG, d'un Sochaux-Metz en finale de Coupe de France, de la Coupe du monde 86, d'un Monaco-Bordeaux 9-0, d'Aimé Jacquet entraîneur, du Matra Racing, des barres, ce sont des vieux souvenirs. Paris, les plus lointains souvenirs, c'est Suši?, Rocheteau, Fernandez, le titre en 86. Mon coup de foudre, ça a été pour le football en général, Paris, je n'ai pas choisi, c'est mon club de fait.
Tu cites souvent le PSG, mais aussi le football en général dans tes textes, cela fait partie de ton environnement au quotidien ? Disons que je suis les résultats et l'actualité du foot au quotidien. Le football est une source d'inspiration. À la fois dans mes textes, mais aussi dans ma façon d'aborder le rap. Je veux dire par là qu'il y a beaucoup de similitudes entre la pratique du sport et celle de la musique, je trouve. On s'entraîne, on joue devant un...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant