Fly et Atlas en redressement judiciaire

le
0

STRASBOURG (Reuters) - Mobilier européen, propriétaire des magasins d'ameublement Atlas, Fly et Crozatier, a été placé en redressement judiciaire mercredi par le tribunal de Mulhouse (Haut-Rhin), a-t-on appris mercredi auprès du greffe.

Le numéro 4 de la vente de meubles en France avait annoncé lui-même dans la matinée avoir demandé la conversion de la procédure de sauvegarde dont il faisait l'objet depuis le mois de juin, faute d'avoir réussi à redresser la situation dans ce cadre.

La recherche de partenaires ou de repreneurs pour ses marques et magasins reste à l'ordre du jour.

"Ce passage en redressement judiciaire, qui ne traduit pas une détérioration brutale de la situation du groupe, s'inscrit dans le processus juridique pour avancer sur le plan de cession des actifs", a affirmé le groupe dans un communiqué.

Mobilier européen a reçu à ce jour 12 manifestations d'intérêts dont aucune ne constitue une offre de reprise ferme, les candidats ayant jusqu'au 7 octobre pour remettre des offres engageantes et jusqu'au 24 pour les améliorer. Le tribunal a prévu de les examiner le 29 octobre.

"Sur les 101 magasins que nous exploitons en propre en France, 57 font l'objet d'une ou plusieurs offres. Ils représentent 1.211 salariés. Pour 44 magasins, il n'y a pas de proposition. Enfin, il y aurait une solution pour nos 98 magasins franchisés", a indiqué Philippe Rapp, coprésident de Mobilier européen, dans un entretien publié mercredi par les Dernières nouvelles d'Alsace.

Ces marques d'intérêt concernent 2.834 emplois sur un total de 3.747 (2.147 pour les magasins détenus en propre et 1.600 pour les franchises), précise le groupe.

"Cet état des lieux reflète la dureté de la crise qui frappe l'économie française et plus spécialement le secteur du meuble depuis 2008", ajoute-t-il en rappelant la baisse du marché de 7,4% en 2012 et de 5,5% en 2013 selon la Banque de France.

Mobilier européen évoque également la croissance continue de l'offre, soit 400.000 m2 de surfaces commerciales supplémentaires depuis 2007, période au cours de laquelle Ikea est devenu numéro 1 de l'ameublement en France.

Les difficultés du groupe l'avaient déjà amené à annoncer en décembre la vente à Conforama de' magasins en Suisse.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant