Flosse relaxé dans l'affaire de l'atoll de Anuanuaro

le
0

PAPEETE, Polynésie française, 3 septembre (Reuters) - Gaston Flosse, sénateur et président de la Polynésie française, a été relaxé mardi par le tribunal de première instance de Papeete dans l'affaire du rachat par la collectivité polynésienne d'un atoll dans laquelle il était poursuivi pour détournement de fonds publics. Les cinq autres prévenus, dont l'homme d'affaires Robert Wan, qui possédait l'atoll de Anuanuaro, ont également été relaxés. Gaston Flosse, âgé de 83 ans, était accusé d'avoir fait acheter en 2002 par la Polynésie française et à un prix surévalué le petit atoll de Anuanuaro, aux Tuamotu, dont le propriétaire, Robert Wan, était alors en difficultés financières. Au terme du procès, début juin à Papeete, le parquet avait requis à l'encontre de Gaston Flosse une peine de deux ans de prison ferme, cinq ans d'inéligibilité et 83.800 euros d'amende, pour complicité par instruction et détournement de fonds publics par personne chargée d'une mission de service public. Une peine de deux ans de prison avec sursis et 83.800 euros d'amende avaient été demandés contre Robert Wan pour recel de détournement de fonds publics. Le tribunal a jugé que toutes les procédures avaient été respectées dans le rachat de l'atoll. Le procureur de la République, José Thorel, a indiqué qu'il n'excluait pas de faire appel. Il a dix jours pour ce faire. La plainte avait été déposée en 2004 par Oscar Temaru, qui venait d'accéder à la présidence de la Polynésie française. Pour autant, Gaston Flosse, co-fondateur du RPR et président à cinq reprises de la Polynésie française entre 1984 et aujourd'hui, n'en a pas fini avec les tribunaux. Fin juillet, la Cour de cassation a confirmé sa condamnation à trois ans d'inéligibilité dans une affaire d'emplois fictifs, une condamnation définitive qui devrait mettre fin à sa carrière politique. (voir ID:nL6N0PY5B7 ) Mais Gaston Flosse a engagé une procédure de relèvement, ou grâce partielle, devant la cour d'appel de Papeete. Il devrait être fixé ce jeudi. Il a également déposé une demande de grâce présidentielle. (Daniel Pardon; édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant