Florian Makhedjouf, le Francilien

le
0
Florian Makhedjouf, le Francilien
Florian Makhedjouf, le Francilien

Né à Ivry-sur-Seine et formé au PSG, Florian Makhedjouf, 24 ans, est l'un des moteurs du Red Star version 2015. Homme clé de la montée en Ligue 2, l'ancien rêveur du Parc s'est relancé en silence. Loin de la lumière du Parc, dans les bras de Bauer.

La dernière fois qu'on l'avait quitté, il avait la tête ailleurs. Ses yeux étaient rieurs, son short était tombé pour arriver dans les mains d'un jeune supporter et son cœur semblait à la fête. Micro en main, Florian Makhedjouf s'était mué alors en ambianceur d'une pelouse envahie par une foule d'amoureux massés les uns contre les autres. Ces derniers levaient très haut leur drapeau vert et blanc, chantaient fort leur passion. Bauer semblait avoir retrouvé ses glorieuses années alors que Bruno Le Roux, le chef des députés PS à l'Assemblée nationale, regardait la scène du haut de la tribune. Admiratif face à tant de joie exprimée et représentée par un gamin. Le 8 mai dernier, le Red Star a validé son ticket pour la Ligue 2, seize ans après l'avoir quitté, et son milieu de terrain a poursuivi la fête jusqu'au bout de la nuit. Il confie même ne pas avoir encore réussi "à s'en remettre".

Génération Sakho-Sankharé


La vie d'un footballeur, ce sont finalement des vies. Il y a eu l'ES Vitry où il tâta ses premiers ballons, Villejuif où il apprit à grandir et Ivry, où le gamin est devenu adolescent. Un prodige couvé, bien entouré et largement scruté. L'Île-de-France est un bassin de génies où chaque apprenti footballeur peut se perdre aussi vite qu'il a éclos aux yeux des observateurs. La patience est alors synonyme de raison. À cette époque, Florian Makhedjouf crame son adolescence dans les travées du Parc des Princes où il se rend "supporter son club de cœur, le Paris Saint-Germain". Le vrai, celui de Ronaldinho et Pauleta, pas le PSG "bling-bling" qu'il n'aime plus autant aujourd'hui.

Ces idoles d'enfance vont rapidement devenir des collègues de travail. Makhedjouf n'a que 15 ans lorsque Pierre Reynaud, le nez-recruteur du PSG, vient le chercher sur les terrains d'Ivry. "À l'époque, j'avais pas mal de clubs qui souhaitaient me faire venir chez eux. Mais j'ai toujours été attaché à Paris, c'est mon équipe et depuis que j'étais petit, je n'avais qu'un rêve. Peu importe quand, peu importe combien de fois, je voulais fouler la pelouse du Parc, connaître cette sensation" témoigne le Francilien de naissance. Il intègre alors le centre de formation parisien aux côtés des générations 89 et 90. Celles des Sakho, Sankharé et Maxime Partouche. "Il avait déjà un vrai talent, une belle patte gauche et était un leader naturel…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant