Florence Hartmann recherchée par la justice internationale

le
0
La journaliste française, ancienne porte-parole du procureur du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, fait l'objet d'un mandat d'arrêt pour avoir refusé de payer une amende de 7000 euros.

Reconnue coupable d'avoir révélé, notamment dans son livre «Paix et châtiment», le contenu de décisions confidentielles du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), Florence Hartmann fait désormais l'objet d'un mandat d'arrêt émis mercredi par la justice internationale. «Il est par la présente ordonné à la République française de rechercher, d'arrêter, d'écrouer et de remettre rapidement au tribunal Florence Hartmann dont l'amende de 7000 euros a été transformée en une peine de sept jours de prison», a indiqué la chambre d'appel du TPIY dans son arrêt.

L'ancienne porte-parole du procureur du TPIY de 2000 à 2006 avait été condamnée à 7000 euros d'amende en septembre 2009 pour avoir révélé le contenu de deux décisions de la chambre d'appel du tribunal, qui s'opposait à la publication de ces documents. Ces décisions, rendues dans le cadre du procès de l'ancien président serbe Slobodan Milosevic, auraient, selon elle, permis de prouver

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant