Florence Cassez, désemparée, ne veut pas qu'on l'oublie

le
0
La Française, condamnée à 60 ans de prison pour enlèvements, souhaiterait qu'on utilise l'année du Mexique en France «pour parler de sa cause». Après le rejet de son pourvoi, la jeune femme avoue accuser le coup. Avec une vidéo iTélé .

Florence Cassez se démarque de ses soutiens les plus proches, y compris ses parents. La Française, condamnée à 60 ans de prison au Mexique pour des enlèvements qu'elle a toujours réfutés, ne souhaite pas l'annulation de l'année du Mexique en France. Interviewée samedi par l'AFP et France Info de la prison pour femmes de Tepepan, au sud de Mexico, la jeune femme préférerait qu'on profite de la manifestation «pour parler de sa cause, afficher des photos d'elle, discuter de son cas à chaque évènement». Après son nouvel échec devant la justice mexicaine, qui a rejeté jeudi son pourvoi en cassassion, «le pire qui pourrait m'arriver, c'est l'oubli», souligne Florence Cassez, qui explique que son avocat partageait son opinion. Pour son défenseur supprimer l'année du Mexique est «une erreur».

Cette position tranche avec la requête de la mère de la jeune femme de 36 ans. Après le verdict de la justice mexicaine, Charlotte Cassez a réclamé la suspension des célébr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant