Florange : un compte à rebours de Montebourg

le
0
INFOGRAPHIE - ArcelorMittal donne soixante jours au gouvernement pour trouver un acquéreur pour les hauts-fourneaux de Florange. Une fermeture éventuelle aura des conséquences sociales limitées.

Soixante jours. C'est la durée accordée par Lakshmi Mittal au gouvernement pour trouver un repreneur pour les hauts-fourneaux de Florange, en Lorraine. Sans surprise, le géant de l'acier a confirmé, lors du comité central d'entreprise qui s'est tenu lundi au siège parisien du groupe, qu'il ne comptait pas redémarrer les deux derniers hauts-fourneaux de Lorraine, fermés «temporairement» depuis quatorze mois. «Cette décision était inévitable compte tenu de la chute de la demande de 25 % par rapport au niveau de 2007, créant de fortes surcapacités dans la production de brames d'acier en Europe», explique Henri Blaffart, vice-président d'ArcelorMittal.

Lakshmi Mittal, le président du groupe, a cependant accepté «la demande du gouvernement français pour que celui-ci recherche un repreneur pour la phase liquide de Florange au cours des soixante prochains jours», selon un communiqué d'ArcelorMittal. Les mots sont soigneusement choisis. «Ce n'est pas notre projet», in

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant