Florange : pneus brûlés et fumier épandu pour la visite de François Hollande

le
2
Florange : pneus brûlés et fumier épandu pour la visite de François Hollande
Florange : pneus brûlés et fumier épandu pour la visite de François Hollande

Les anciens syndicalistes désabusés de Florange, que le président de la République a évités, n'étaient pas seuls à vouloir l'accueillir ce lundi matin en Lorraine. Des agriculteurs lorrains ont répandu du fumier lundi à Florange en fin de matinée pour exprimer leur ras-le-bol. A quelques centaines de mètres des grands bureaux d'ArcelorMittal, ils ont aspergé de fumier une dizaine de mètres de macadam, sur une route bloquée par des CRS. Ils ont aussi embrassé un tas de pneus et de paille, d'où se dégageait une épaisse fumée. 

«Nos fermes ne seront pas les hauts fourneaux de Moselle», ont prévenu dans un communiqué commun la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de Moselle, qui organisaient plusieurs actions le même jour dans le département.

Protestation des agriculteurs à #Metz @toutmetz @rl_metz @MairiedeMetz #Florange Place de la République pic.twitter.com/3F3DIquHYZ-- Lamine I.A (@Lamine_IA) 24 Novembre 2014

 Camions de CRS couverts de fumiers et poussés par des tracteurs.Les agriculteurs veulent voir @fhollande #Florange pic.twitter.com/SyY3gjVEKz-- Arnaud JACQUES (@arnojak) 24 Novembre 2014

Ils se sont aussi mobilisés devant les sous-préfectures de Thionville, Sarrebourg et Sarreguemines. A Metz, du fait du cordon de sécurité verrouillé dès la fin de matinée, les manifestants, venus au moyen d'une dizaine de tracteurs et d'engins agricoles, ont dû mener leur action à quelques centaines de mètres de la préfecture. FDSEA et JA mettent en cause la «grande distribution», les «importations» et la «sur-administration» dans la crise de leur activité. «On tente de bâillonner le bon sens paysan à grands coups de règlements et de paperasse», affirment les deux syndicats.

Dans la bataille, on n'a pas encore vu les salariés d'Ecomou'v. Une délégation s'était pourtant annoncée à Uckange. Inquiets depuis l'abandon de l'écotaxe par le gouvernement en octobre, ils voulaient interroger ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le lundi 24 nov 2014 à 18:33

    bref , un acceuil normal pour pinnokio

  • pichou59 le lundi 24 nov 2014 à 15:10

    et Martin, l'ex dirigeant CFDT de Florange; il est planqué au chaud!!!