Florange: l'incompréhension des pays étrangers

le
0
Dans la presse étrangère c'est l'incompréhension, notamment en Allemagne, où le gouvernement considère que l'État n'a pas à intervenir dans la gestion des entreprises.

Londres a été la première à tirer. Après le maire, Boris Johnson, qui profite de l'affaire Mittal pour appeler les entreprises à venir s'installer de l'autre côté de la Manche afin d'échapper aux «persécutions» des «sans-culottes», le Daily Telegraph estime que «François Hollande montre son vrai visage trente ans après la dernière vague de nationalisations en Europe par François Mitterrand, qui avait saisi les banques, les assureurs, les fabricants d'armes et industriels de l'acier au point culminant de la débâcle de l'ère du collectivisme.»

Aux États-Unis aussi, l'incompréhension domine: «La France n'a toujours pas compris comment marchent les affaires», titre le site américain Quartz, tandis que le Wall Street Journal s'interroge pour savoir si les entrepreneurs étrangers s...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant