Florange : Filippetti et Montebourg se rappellent au bon souvenir de Hollande

le
4
Florange : Filippetti et Montebourg se rappellent au bon souvenir de Hollande
Florange : Filippetti et Montebourg se rappellent au bon souvenir de Hollande

Ils n'ont rien oublié. Et le font savoir par deux tweets évocateurs envoyés à quelques minutes d'intervalle. Les anciens ministres Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg ont salué ce mardi la décision du chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, de nationaliser provisoirement l'aciérie Ilva (accusée d'être l'une des plus polluantes d'Europe) afin de restructurer le site pour trouver un repreneur. Le tout assorti du hashtag... #Florange.

«Renzi nationalise temporairement l'aciérie de l'Ilva : une administration doit savoir prendre des décisions courageuses #Florange...» écrit l'ancienne ministre de la Culture. L'ex-locataire de Bercy, qui vient d'annoncer qu'il se retirait «de la vie publique professionnelle», est plus explicite encore : «La leçon magistrale de courage de Renzi à Hollande : le décret de nationalisation temporaire des aciéries d'Ilva le soir de Noël. #Florange»

Renzi nationalise temporairement l'aciérie de l'Ilva: "une administration doit savoir prendre des décisions courageuses" #Florange...-- Aurélie Filippetti (@aurelifil) December 30, 2014

La leçon magistrale de courage de Renzi à Hollande : le décret de nationalisation temporaire des aciéries d'Ilva le soir de Noël. #Florange-- Arnaud Montebourg (@montebourg) December 30, 2014

Souligner le «courage» de Renzi pour mieux fustiger ce qu'ils voient comme un renoncement. Montebourg et Filippettti, qui ont tous deux quitté le navire gouvernemental cet été pour cause de désaccord sur la ligne économique, n'ont jamais caché leur opposition à la solution adoptée par le chef de l'Etat dans le dossier Florange.

Le premier s'est frontalement opposé à François Hollande, mais surtout à Jean-Marc Ayrault, à l'automne 2012, provoquant à cette occasion la première grosse crise gouvernementale du quinquennat. Farouche partisan de la nationalisation, il est publiquement désavoué par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le mardi 30 déc 2014 à 19:32

    Ces deux là sont hors course et c'est heureux.

  • M7403983 le mardi 30 déc 2014 à 19:23

    Ben Filippetti, "la décision courageuse" comme tu le dis serait de te virer ... Tu nous coute décidément fort cher pour raconter de telles âneries !!!!

  • pier4564 le mardi 30 déc 2014 à 19:03

    florange et ivrea n'ont rien à voir,le minerai de fer arrive à florance en train, à ivrea il arrive directement par bateau!

  • M9244933 le mardi 30 déc 2014 à 18:18

    Si le résultat de ses cours de gestion est de préconiser des nationalisations par un état ultra-mauvais gestionnaire et en faillite, j'ai l'impression que son cas est désespéré. Mais les caisses de résonance vides font toujours le plus de bruit.