Flexibilité du travail : ce que prépare le gouvernement

le
18
Flexibilité du travail : ce que prépare le gouvernement
Flexibilité du travail : ce que prépare le gouvernement

Imposer une baisse des salaires et augmenter le temps de travail, plutôt qu'envoyer les gens au chômage... C'est désormais la doxa gouvernementale en matière sociale. Alors que la hausse quasi continue du chômage n'en finit pas de compromettre l'engagement présidentiel d'une inversion de la courbe, l'exécutif va accélérer le chantier de la réforme du marché du travail ouvert il y a deux ans.

Après des discussions menées en coulisse ces derniers jours, selon nos informations, le gouvernement s'apprête à poser la première pierre d'un nouveau compromis avec les syndicats... réformistes. Objectif : lâcher la bride aux entreprises en difficulté en leur donnant plus de souplesse (aménagement du temps de travail, modération salariale) le temps que la tempête passe. Une demande du Medef. A une condition : le maintien des emplois. Les partenaires sociaux doivent se rencontrer aujourd'hui pour en discuter avant une rencontre au sommet le 3 avril.

Depuis deux ans, les « accords de maintien de l'emploi » permettent déjà cette sorte de flexisécurité à la française. En cas de graves difficultés économiques, par un accord majoritaire avec les syndicats, l'entreprise peut imposer aux salariés de sauvegarder l'emploi en échange de contreparties en termes de salaire ou de temps de travail. Sauf que le dispositif n'a jamais décollé : seulement quelques dizaines d'accords ont été signés. Cette mesure négociée en 2013 par le patronat, la CFDT, la CFTC et la CGC « doit être améliorée car, de l'avis des experts, y compris les moins ultralibéraux, elle est quasi inapplicable », indique une source gouvernementale.

Coup de barre libéral ?

Parmi les pistes envisagées selon nos informations, l'exécutif souhaite augmenter le délai pendant lequel un employeur peut imposer baisses de salaire et plus d'heures de travail. Actuellement limitée à deux ans au maximum, cette durée pourrait être portée à trois ou quatre ans. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le lundi 30 mar 2015 à 19:46

    Ah donc le GvT va commencer par les fonctionnaires d'état et régionaux ainsi que les entreprises semi public et il pourrait en profiter pour augmenter les cotisations salariales de ces même personnes, j'attends de voir !

  • M8252219 le lundi 30 mar 2015 à 14:13

    Il faut instituer la TVA SOCIALE tous les français plus d'autres en bénéficient,certains même en profitent: il serait normal et équitable que tous participent à sont financement et pas seulement les salariés et les entreprises

  • M8252219 le lundi 30 mar 2015 à 14:10

    Tant que les richesses produites en France seront accaparées et englouties par les frais de fonctionnement de l'état , des régimes sociaux et des statuts et régimes spéciaux.LE CHÔMAGE PERDURERA ET LE DÉFICIT AUSSI

  • miez1804 le lundi 30 mar 2015 à 12:41

    @ssc38: il ne s'agit pas de supprimer toutes les charges, il faut juste les diminuer (pour l'employeur et pour l'employé), mais pour faire cela il faut arreter l'assistanat, et la personne ne veux prendre le risque de ne pas se faire re-elire!!!!!

  • mlemonn4 le lundi 30 mar 2015 à 12:36

    Mais bien qu'ils se marrent! Les gens n'ont toujours pas compris? Quand on parle des copains coquins, ce sont eux, ces minorités qui ne représentent plus personne à part l'ombre d'eux mêmes; ils viennent tous de la même caste, celles des fonctionnaires technocrates qui nous gouvernent et décident pour le secteur privé ce qu'il doit payer pour les entretenir ! ils savent très bien s'entendre pour conserver leurs postes et privilèges que ce soient ceux de droite ou de gauche (l'establishment!)

  • winloto le lundi 30 mar 2015 à 12:31

    çà serait bete pour hollande de ne pas se faire réélire en 2017 à cause du chomage lol. Mais de toute façon c'est dejà trop tard, c'est hollande qui va se retrouver au chomage en 2017.

  • ssc38 le lundi 30 mar 2015 à 12:24

    et sinon annuler les charges temporairement pour laisser une chance a la boite de se refaire ?si les salarié n(on plus leurs salaires complet on fait comment pour consommer et créer de la croissance ?

  • BBirungi le lundi 30 mar 2015 à 12:10

    Regardez moi ce responsable de syndicat qui se marre avec les patrons. Cette photo il faudrait l'encadrer. Même si plus personne n'est dupe de nos jours.

  • M4314275 le lundi 30 mar 2015 à 12:04

    Ainsi va le monde

  • lorant21 le lundi 30 mar 2015 à 12:02

    On voit à la lecture des commentaires que beaucoup de monde préfère le chômage à l'emploi. Financièrement, pourquoi pas? Mais psychologiquement, il vaut mieux avoir une activité mal rémunérée (pour rebondir plus facilement( qu'une inactivité complète (souvent définitive).