Fleury Michon voit sa croissance décélérer en 2013

le
0

par Noëlle Mennella et Alice Cannet

PARIS (Reuters) - Fleury Michon, s'il reste optimiste pour cette année, estime que la croissance de ses ventes va décélérer en 2013 sous l'effet de l'envolée persistante des cours des matières premières et de la consommation morose, a déclaré vendredi son directeur général Régis Lebrun, lors d'une interview à Reuters.

Le spécialiste des plats préparés parie sur une croissance organique supérieure à 7% en 2012 et sur une marge opérationnelle au-dessus de 5% en 2012 comme en 2013, contre 4% en 2011.

La vision pour 2013 reste "positive, mais je ne pense pas que l'on inscrira une croissance organique de 7%", a dit Régis Lebrun. "A mon avis, on sera entre 3% et 5%."

L'environnement économique difficile a incité Fleury Michon à engager des discussions avec les distributeurs pour augmenter ses tarifs de 3% à compter du 1er octobre. "Logiquement, il n'y en aura d'autres en 2013, sauf explosion des matières premières", a pris soin de préciser Régis Lebrun.

Fleury Michon pense engranger cette année un chiffre d'affaires "un peu inférieur à 700 millions d'euros, probablement de 695 millions d'euros", contre 644 millions en 2011.

"On a fait un travail très profond de modification de nos gammes et de notre portefeuille produits, du positionnement de notre marque depuis sept à huit ans, et je crois qu'aujourd'hui on en recueille les fruits", a assuré Régis Lebrun.

Fleury Michon, basé à Pouzauges, en Vendée, propose des produits de charcuterie, principalement du porc, des plats cuisinés et du surimi, essentiellement vendus en grandes et moyennes surfaces dans des gammes de prix situées entre 2,80 et cinq euros.

La société revendique la place de numéro un de ces créneaux devant Herta (groupe Nestlé), Marie (LDC) et Coraya (Bongrain).

Présent en Italie, avec un chiffre d'affaires de 95 millions d'euros, en Espagne (45 millions d'euros) et au Canada (37 millions d'euros), Fleury Michon n'entrevoit aujourd'hui ni acquisition ni partenariat nouveaux. Il évoque même une possible sortie du Canada si l'activité, en perte à ce jour, ne se redresse pas d'ici la fin 2013.

"Dans les années à venir, on va avoir une consolidation de nos investissements, c'est-à-dire qu'on va investir beaucoup moins à la fois en renouvellement et en adaptation de nos marchés", a indiqué Régis Lebrun.

Il a précisé que les investissements industriels seraient à partir de 2013 d'environ 30 millions d'euros par an, par rapport aux 45 millions consacrés à ce poste ces dernières années.

Le capital de Fleury Michon est détenu à 70% par les familles Gonnord et Chartier notamment, 25% est en Bourse et le solde entre les mains du personnel. Le groupe emploie 3.800 salariés, dont 3.000 en Vendée.

En Bourse, le titre se traitait à 39,50 euros (-0,75%) vers 17h00, faisant ressortir une capitalisation de 173,3 millions d'euros. Le titre gagne plus de 39% depuis le début de l'année, contre un gain de 15,3% seulement pour le CAC Mid & Small.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant