Fleur Pellerin : les rêves de licorne d'une ex-ministre

le
0
Fleur Pellerin : les rêves de licorne d'une ex-ministre
Fleur Pellerin : les rêves de licorne d'une ex-ministre

Elle pousse la porte et découvre les locaux qu'elle n'a pas revus depuis la fin des travaux. On se croirait presque dans l'une de ces émissions télé de décoration. Et Valérie Damidot pourrait surgir de derrière un rideau. Sauf qu'ici, c'est Fleur Pellerin qui tient le premier rôle.

 

Blackboulée du gouvernement en février, l'ex-ministre de l'Economie numérique puis de la Culture démarre une nouvelle vie. Au coeur du Sentier, ce-quartier parisien devenu l'adresse branchée des start-up, elle dirige désormais Korelya Capital, son fonds d'investissement doté de 100 M€ par Naver, le Google coréen. Un mastodonte qui emploie 6 000 personnes en Asie et dont la capitalisation boursière atteint 27 Mds$ (24 Mds€).

 

Accueillie comme une star en Corée

 

Oubliés le cabinet ministériel et l'armée de fonctionnaires pour l'aider à monter ses dossiers. Fleur Pellerin a les mains dans le cambouis. « Je suis en train de rédiger les statuts et le règlement du fonds », glisse-t-elle en passant d'une pièce à l'autre, à la recherche des clés de la boîte aux lettres. Naver et Korelya, c'est le subtil mélange d'une aventure entrepreneuriale et d'une histoire personnelle. Abandonnée à Séoul il y a un peu plus de quarante ans, adoptée par une famille française, Fleur Pellerin renoue tout juste avec le pays du Matin calme.

 

« Korelya a vocation à aider des entreprises françaises ou européennes à croître et, si possible -- c'est le rêve de tout fonds de capital-risque (NDLR : acteur favorisant le développement d'entreprises à risques mais à fort potentiel de croissance) --, devenir une licorne. » C'est-à-dire une entreprise valorisée à plus de 1 Md$ (900 000 €). Criteo, BlaBlaCar ou Vente-privée.com... la France n'en compte pour le moment qu'une poignée.

 

S'est-elle jetée dans les bras de l'un de ces monstres du numérique, ceux-là même qu'elle combattait au gouvernement, en rêvant de leur faire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant