Flappy Bird, l'appli star pour mobile qui rend maso

le
0
Flappy Bird, l'appli star pour mobile qui rend maso
Flappy Bird, l'appli star pour mobile qui rend maso

Envolés les piafs en colère. Après le jeu vidéo à succès Angry Birds, un nouvel oiseau est venu se nicher en tête des applications gratuites pour smartphone les plus appréciées. Il s'appelle Flappy Bird. Ce casse-tête au graphisme extrêmement basique est téléchargé plus de deux à trois millions de fois par jour dans le monde. Plus question de balancer des oiseaux en colère au lance-pierre sur des cochons verts voleurs d'oeufs. Là, le joueur guide, en tapotant sur son écran, des volatiles entre des tuyaux verts. Un concept simplissime, mais qui rend accroc, tellement il est difficile de faire un score élevé. Atteindre la barre des 10 points, c'est déjà un petit exploit. Alors 50, n'en parlons pas.

Ceux qui ont 50 score dans Flappy Bird, Faites des Capture d'écran svp, sans ça vous êtes des mytho.? . (@__Dvlyeee) 6 Février 2014

Plus d'un adepte a fini au bord de la crise de nerf. Leurs craquages ou commentaires exaspérés ont fait beaucoup de bruit ces dernières semaines sur les réseaux sociaux.

Flappy bird sa rend ouf quand je joue j'ai envie de pété mon phone? Myriam (@2sans12) 6 Février 2014

Voilà ce qui arrive à qui joue trop avec moi nargue le petit oiseau de Flappy Bird également sur Twitter.

After playing with me pic.twitter.com/vzeFpQRw9w? Flappy Bird (@theflappybirdy) 30 Janvier 2014

Sur Facebook, le groupe baptisé Je déteste ce sale piaf plaisante sur la grande dangerosité de l'animal.

«La plupart des gens pensent que c'est la pire créature sur Terre.

Mais nous savons tous que c'est lui.»

Soupçon de plagiat

Flappy Bird, développé en trois jours, est disponible depuis mai 2013. Ce sont ces cris de rage des joueurs et le buzz autour de l'appli qui ont dopé les téléchargements. Le nombre de tweet mentionnant #flappybird est passé de 25 le 7 janvier à plus de 70 000 le 5 février.

Son créateur le vietnamien Dong Nguyen, 29 ans, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant