Flanquart : " Arrêter de fantasmer sur l'adversaire "

le
0
Flanquart : " Arrêter de fantasmer sur l'adversaire "
Flanquart : " Arrêter de fantasmer sur l'adversaire "

A quelques jours du match contre l'Irlande, Alexandre Flanquart raconte l'installation des Bleus dans la banlieue de Cardiff. Le joueur du Stade Français revient sur la finale de la poule, dimanche prochain, contre un XV du Trèfle qui ne réussit plus aux Français.

Alexandre Flanquart, qu’avez-vous pensé du match entre l’Irlande et l’Italie ?
C’était un match assez compliqué. On sait que les Italiens sont loin d’être ridicules et qu’ils pouvaient faire un gros match. Les Irlandais n’ont peut-être pas fait leur meilleur match mais ils ont gagné. C’est le principal. Est-ce que nous sommes devenus favoris ? On verra ce week-end. On prépare notre match comme n’importe quel autre match. Beaucoup de monde les voient énormes, mais nous, on prépare notre match.

Que peut-on attendre de l’Irlande ?
On les voit comme un adversaire, comme une équipe de rugby. On met en place notre jeu. C’est sûr que ça sera plus dur que la Roumanie et le Canada, mais il faut arrêter de les mettre sur un piédestal et jouer notre jeu.Je ne remets pas ça en cause, mais il faut penser à nous, à notre match, et arrêter de fantasmer sur l’adversaire et se focaliser sur ce qu’on a à faire.

Allez-vous vous inspirer du match d’hier pour préparer celui de dimanche ?
Je vous avoue que je n’ai pas vu tout le match parce qu’on était en pleine séance de musculation pendant ce temps. Mais on a toute la semaine pour préparer ce match. On a déjà commencé hier (dimanche). Mais c’est sûr qu’il faudra s’en inspirer un peu. Ils ont fait un bon match, donc il y a des choses à prendre.Pour nous, il n’est pas question d’être favori ou outsider. Comme je le disais, on pense à préparer le meilleur match possible, à faire un gros match pour finir les poules et être dans les meilleures conditions pour attaquer les quarts de finale.

« C’est un peu notre bête noire »

Cela fait longtemps que la France n’a plus battu l’Irlande. N’y aurait-t-il pas un complexe d’infériorité qui se serait développé ?
Bonne question. Sur le match du Tournoi, ce n’est pas passé très loin, ça s’est joué à pas grand-chose. C’est vrai que c’est un peu était notre bête noire ces dernières années, mais c’est le passé. Maintenant on se concentre sur le match de ce week-end.

Cette fois-ci, vous avez bénéficié d’une longue préparation pour aborder ce match ...
C’est sûr que c’est plus simple d’être prêt pour la Coupe du monde quand on a trois mois de préparation tous ensemble. C’est certainement ce qu’il nous manque pendant la saison pour préparer le Tournoi ou les tournées, donc forcément on accumule plus de confiance et de précision et ça se ressent dans le groupe et sur le terrain.

Après Croydon et Milton Keynes, vous êtes à Cardiff. Comment trouvez-vous l’environnement ?
C’est très sympa, même si on n’a pas encore tout vu. Par rapport à Marcoussis, c’est un niveau au-dessus je pense. Mais c’est différent, c’est ouvert au public avec le golf. C’est un très beau centre.

« Morgan Parra est peut-être un peu plus installé… »

La nourriture est meilleure qu’à Croydon ?
Oui, ce n’est pas difficile…

Le poste de titulaire à la mêlée devrait se jouer entre Sébastien Tillous-Borde et Morgan Parra. Que pouvez-vous nous dire sur les deux ?
Sébastien est un gros puncheur, un mec qui met du rythme et qui a de grosses qualités individuelles physiquement. Morgan est peut-être techniquement plus précis sur la passe et la vision. Ce sont deux 9 différents. Morgan est dans le groupe depuis un peu plus longtemps. C’est plus simple. Il est peut-être un peu plus installé, mais il n’y a pas vraiment de différence.

Vous êtes ravi de l’élimination de l’Angleterre ?
Je ne vais pas dire que ça ne me fait plaisir. On ne va pas se réjouir du malheur des autres. Mais si je devais choisir, j’aurais certainement pris ce résultat.

Propos recueillis par notre envoyé spécial au pays de Galles, Jean-François Paturaud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant