Fiscalité : quand la banque suisse UBS draguait Makelele et Vieira

le
0
Fiscalité : quand la banque suisse UBS draguait Makelele et Vieira
Fiscalité : quand la banque suisse UBS draguait Makelele et Vieira

Alors que les Bleus version 2014 commencent à briller au Brésil, Patrick Vieira ? consultant de la chaîne de télévision BeIN Sports ? aurait sans doute préféré parler tactique. Pas de chance, c'est à propos de stratégie? d'optimisation, voire d'évasion fiscale, que le fisc français pourrait bientôt vouloir l'entendre.

Mardi, la Suisse a indiqué qu'elle allait transmettre à la France des données bancaires concernant les avoirs de l'ancien capitaine de l'équipe de France, qui vient de fêter ses 38 ans. Fin mai, la Confédération helvétique avait rendu une décision semblable à l'encontre d'une autre ex-star du onze tricolore, le nouvel entraîneur du SC Bastia, Claude Makelele.

Les deux glorieux anciens joueurs font depuis longtemps l'objet d'une attention particulière de la part de la banque suisse UBS. Or, celle-ci est au c?ur d'une procédure judiciaire en France. La filiale française et sa maison mère suisse ont été respectivement mises en examen pour « complicité de démarchage illicite » et « démarchage illicite », comme le prouvent les documents que nous publions.

Dans les notes de travail (voir document ci-dessous) de Caroline Duret, engagée en 2001 à la tête du secteur Sports and Entertainment Group (SEG) d'UBS France pour appâter les gros patrimoines, Patrick Vieira est référencé comme client, tandis que deux comptes sont indiqués en cours d'ouverture pour Claude Makelele, l'un pour lui, l'autre pour sa compagne d'alors, Noémie Lenoir.

900 demandes adressées à la Suisse

Bien sûr, rien n'indique qu'il s'agit de comptes non déclarés et donc de fraude fiscale. Mais, comme le confie sous couvert d'anonymat un ancien salarié d'UBS : « Tout l'intérêt était là?! Transférer ses avoirs chez UBS pour disparaître des écrans radars du fisc français? »

Ce mercredi, Patrick Vieira est au Brésil. « Il s'agit d'une affaire personnelle ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant