Fiscalité : pourquoi pas un abattement progressif sur les dividendes ?

le
2

(lerevenu.com) - Sans surprise, il a été beaucoup question de fiscalité, lors des 23èmes rencontres parlementaires de l'Epargne, du ras-le-bol qu'elle suscite et surtout de son inefficacité à financer l'économie et aider les Français à compléter leur retraite obligatoire. Présidée par le sénateur Philippe Marini, la manifestation qui s'est tenue, le 29 janvier, à la Maison de la Chimie, à Paris a donné la parole à des spécialistes de l'épargne et de la fiscalité, des universitaires, des dirigeants d'associations, des économistes et des parlementaires. Plusieurs intervenants ont sévèrement dénoncé les dernières réformes fiscales.

L'une des mesures la plus critiquées a été l'alignement du régime de taxation des plus-values mobilières sur le barème progressif de l'impôt sur le revenu, principe institué par la loi de finances pour 2013 : « Le capital est désormais davantage imposé que le travail, cela pénalise l'investissement à un moment où on en a le plus besoin », accuse Philippe Bruneau, président du Cercle des fiscalistes. L'expert a dit se méfier des « innovations conceptuelles », surtout quand elles ont été testées dans d'autres pays qui les ont, depuis, abandonnées. Philippe Bruneau a ainsi rappelé qu'il a fallu, événement symbolique, que feu le cinéaste Ingmar Bergman décide de s'expatrier pour que le gouvernement suédois prenne conscience du caractère confiscatoire du régime d'imposition des revenus

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • roulio86 le jeudi 30 jan 2014 à 08:39

    Perso , j'ai arrêter tous mes placements mobilier.......et je ne suis pas le seul.......aucune envie de financer les dépenses du quequetteur normal 1er.

  • alain..c le jeudi 30 jan 2014 à 07:17

    notre Président n'aime pas les riches alors où est le pb?