Fiscalité : le patron de Dassault Systèmes songe à quitter la France

le
26
Le directeur général de l'éditeur de logiciels pour l'industrie Dassault Systèmes, Bernard Charlès, réfléchit à quitter la France, en raison d'une fiscalité trop lourde.

Le directeur général de l'éditeur de logiciels pour l'industrie Dassault Systèmes * Bernard Charlès réfléchit à quitter la France, en raison d'une fiscalité trop lourde, déclare-t-il dans un entretien au Monde daté de mardi.

Votre conseil d'administration vous a proposé de quitter la France. Où en est votre réflexion? lui demande-t-on. «Elle avance, mais à ce jour, je n'ai pris aucune décision. J'étudie la question sous tous ses aspects», a-t-il répondu. Et d'ajouter: «pour être clair, cela ne concerne pas la taxation à 75% des revenus au-delà de 1 million d'euros, même si je pense qu'au-dessus d'un certain seuil, c'est confiscatoire».

Il a expliqué que sa décision de vendre ses actions Dassault Systèmes en décembre dernier pour 28 millions d'euros n'était pas un signe avant-coureur de son départ prochain. «J'ai réalisé cette opération pour payer des impôts liés au rachat d'autres titres qui venaient à échéance. Il m'a fallu d'ailleurs vendre plus de titres que ceux que j'ai acquis. Cela illustre bien le poids de la fiscalité, qui va aller encore en augmentant», a fustigé Bernard Charlès. Mais «ma réponse est claire: si je ne peux plus distribuer des 'lopins de terre', c'est-à-dire une part de capital de l'entreprise, je partirai», a-t-il menacé.

Des dirigeants de Dassault Systèmes sont déjà partis

Bernard Charlès a indiqué que des dirigeants de Dassault Systèmes sont déjà partis. «Je ne vous dirai pas combien ont quitté la France, pas plus que le nombre de dirigeants qui y songent». Pour lui, «résider en France devient lourdement handicapant. Plus largement nos embauches du top management vont nécessairement se faire ailleurs qu'en France».

De façon générale, «ma préoccupation concerne l'alourdissement de la fiscalité sur le capital, les stocks-options et les actions gratuites. Permettre aux cadres d'être actionnaires de leur société, c'est leur offrir une part de rêve» pour garder les meilleurs talents et éviter qu'ils rejoignent la concurrence, avance Bernard Charlès.

Il s'en est pris au gouvernement estimant que «ceux qui arrêtent ces mesures n'ont pas conscience des conséquences sur le secteur de la high-tech (...) Il faut savoir que, du côté de Munich, l'Allemagne favorise les start-up. Et que dire des Etats-Unis ou de la Corée».

* Dassault Systèmes est une filiale du groupe Dassault propriétaire du Figaro.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mpincon le jeudi 14 mar 2013 à 09:55

    Normal de fuir l'enfer fiscal Français !Appamée

  • M9095115 le mardi 12 mar 2013 à 13:08

    Dommage que ce beau pays qui est la France soit dirigé par des incapables.Ce gouvernement est en train de vider la France de sa richesse et ses forces vives et donc il ne restera que de la pauvreté.

  • chmey671 le mardi 12 mar 2013 à 10:02

    @giu0513 ... Balèze de vouloir refaire l'histoire ...

  • giu0513 le mardi 12 mar 2013 à 08:03

    L'époque du front populaire est dernière nous...et heureusement. La gauche avait été à cette époque la pricipale cause du second conflit mondial ( ET OUI, les livres d'histoires ne disent pas tout). Aujourd'hui, on peut quitter le pays si cela ne nous convient pas...à quand le "Mur de France"...un pays socialo-commnuniste ne peut fonctionner qu'en enfermant ses ressortissants...

  • M4847970 le lundi 11 mar 2013 à 22:22

    Charlés a raison d'y penser et il faut louer sa transparence sur le sujet tout comme son absence d'agressivité.Nous allons peut etre vivre le 3° exode de ceux qui ne peuvent plus agir chez nous tellement la confiscation enlève les ressources d'entreprendre.

  • jldeblan le lundi 11 mar 2013 à 20:14

    À Dijon, Normal premier parle de l'emploi. Pour cela il a invité les chômeurs pour en parler. Mais aucun chef d'entreprise n'a été invité. N'y a t il pas quelque chose qui cloche? N'est ce pas le chef d'entreprise qui a le pouvoir d'embaucher?

  • paumont1 le lundi 11 mar 2013 à 19:47

    bref, si j'ai bien compris ces gens, qui ont créé leur richesses avec des entreprises dont certaines (suivez mon regard) ont été en partie financées par nos impôts ne veulent pas en payer en retour...normal, ces sagouins sont des profiteurs...

  • csanter le lundi 11 mar 2013 à 19:17

    cela me rappelle le temps du bloc soviétique quand les gens s'échappaient - Pauvre France !!!

  • matokade le lundi 11 mar 2013 à 18:53

    grosseimposture.com

  • matokade le lundi 11 mar 2013 à 18:53

    cherchez via google : grosseimposturece n'est pas triste !!!