Fiscalité: la piste d'une baisse de l'impôt sur le revenu privilégiée

le
3

Le gouvernement avait promis un geste en faveur des classes moyennes. Il prendrait la forme d'une ristourne d'impôt sur le revenu, révèlent Les Échos et Europe 1. Au total, le geste représenterait un milliard d'euros.

Le geste fiscal du gouvernement se dessine. La piste d'une baisse forfaitaire de l'impôt sur les revenus 2016 pour les classes moyennes serait privilégiée, révèlent Les Échos et Europe 1. Évoqué pour la première fois en mai dernier, le geste fiscal promis aux ménages en 2017 devrait être dévoilé jeudi par le gouvernement, après une rencontre entre François Hollande et Manuel Valls. Le projet de loi de Finances sera présenté au Conseil d'État d'ici à la semaine prochaine. Le premier ministre avait confirmé un geste fin août, disant vouloir «restituer du pouvoir d'achat aux Français» et faire en sorte que la gauche ne soit pas «identifiée à l'impôt».

La hausse de la prime d'activité et une baisse de la CSG pour les retraités, les autres pistes évoquées par le gouvernement, seraient donc hors course. Du côté de Bercy, on assure cependant qu'elles sont encore toutes sur la table. Un geste sur la CSG, notamment, permettrait «à des personnes âgées qui se sont mises à avoir des revenus plus élevés de ne pas entrer dans une nouvelle catégorie», défendait récemment Michel Sapin.

Déjà une ristourne en 2014

S'il y aura bien un geste fiscal, il sera certainement moins important que prévu. François Hollande avait conditionné la baisse d'impôt à l'existence de «marges de manœuvre budgétaire». Évoquant pour cela la nécessité d'«avoir une perspective de croissance de 1,7% en 2017». Un scénario qui semble aujourd'hui inateignable, la croissance française étant plus faible que celle estimée.

«Il faut être sérieux: avec une croissance qui ne va pas augmenter, on ne peut pas distribuer plus», précisait la semaine dernière Michel Sapin, plaidant pour un «respect scrupuleux» des engagements pris par Paris en matière de réduction des déficits, «qui ne sont pas vis-à-vis de l'Europe mais vis-à-vis des Français». Les attaques terroristes et le Brexit ont également assombris les perspectives de croissance pour 2017. D'abord estimé à deux milliards d'euros, le geste fiscal ne pourrait finalement atteindre qu'un milliard, précisent Les Échos et Europe 1.

En 2014, un geste fiscal semblable avait été réalisé. La mesure avait alors profité à 4 millions de ménages pour un coût de 1,3 milliard d'euros au total. À l'époque, la ristourne avait pu s'élever jusqu'à 350 euros pour un célibataire et 700 euros pour un couple en cas de revenu inférieur à 1,1 smic par personne. Depuis, le gouvernement a effectué trois réductions successives de l'impôt sur le revenu pour compenser les fortes hausses d'impôts du début du quinquennat. Cette fois-ci, elle pourrait devenir pérenne et être inscrite dans le Code des impôts.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fernan.p il y a 9 mois

    Classe moyenne par-ci, classe moyenne par là : Et si l'on parlais vrai ! Qui au gouvernement est capable de dire précisément qui entre dans cette fameuse "classe moyenne" ?

  • pepitobo il y a 9 mois

    ...largement compensée par la hausse de l'imposition locale et les nouvelles taxes dont celle pesant sur les propriétaires!!!

  • bordo il y a 9 mois

    Ils mentent, ils veulent juste favoriser leur clientèle.