Fiscalité: la Belgique ne veut pas être un "bouc émissaire"

le
2
LA BELGIQUE NE VEUT PAS ÊTRE UN "BOUC ÉMISSAIRE" APRÈS L'AFFAIRE GÉRARD DEPARDIEU
LA BELGIQUE NE VEUT PAS ÊTRE UN "BOUC ÉMISSAIRE" APRÈS L'AFFAIRE GÉRARD DEPARDIEU

PARIS (Reuters) - La Belgique ne "comprend" pas que la France trouve en elle un "bouc émissaire" après que l'acteur Gérard Depardieu a dit renoncer à la nationalité française pour des raisons fiscales, a déclaré lundi le ministre belge des Affaires étrangères.

Il a invité les autorités françaises à faire leur autocritique sur leur législation en la matière, qui explique "peut-être" d'après lui de tels choix de la part des grandes fortunes françaises.

"Nous ne comprenons pas cette façon de trouver un bouc émissaire en disant qu'il y a un pays voisin où les Français vont se réfugier", a dit Didier Reynders sur RTL.

"Il n'y a eu aucune mesure prise en Belgique pour attirer un quelconque citoyen français. Il y a eu une évolution du système fiscal français, qui a peut-être des conséquences, mais ce n'est pas de notre responsabilité. C'est aux autorités françaises de faire l'analyse", a-t-il ajouté.

La Belgique n'impose ni la fortune, ni les plus-values sur le patrimoine privé, ce qui en fait un havre fiscal pour certains contribuables français, même si l'imposition des revenus du travail y est beaucoup plus élevée qu'en France.

Le ministre belge des Affaires étrangères a dit lundi souhaiter une harmonisation fiscale européenne. "Mais cela ne veut pas dire que tous les pays européens vont s'aligner sur les décisions prises à Paris", a-t-il précisé.

Le gouvernement français a notamment instauré une nouvelle tranche d'impôt sur le revenu à 45 % et décidé de prélever 75% de la part des revenus supérieure à un million d'euros par an, pour une période de deux ans. Une mesure pour laquelle il n'y a "aucune majorité" en Belgique, a estimé lundi Didier Reynders.

La France entend revoir les conventions fiscales avec les Etats membres de l'Union européenne, dont la Belgique, pour éviter l'exil des Français vers des cieux plus cléments, a déclaré vendredi François Hollande.

L'installation de Gérard Depardieu dans la ville frontalière de Nechin a suscité de vives critiques de la part du gouvernement socialiste. Le Premier ministre l'a ainsi qualifiée de "minable", poussant l'acteur à lui répondre dans le Journal du dimanche.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 17 déc 2012 à 11:56

    Tout est dit et bien résumé dans la réponse Belge."Il n'y a eu aucune mesure prise en Belgique pour attirer un quelconque citoyen français. Il y a eu une évolution du système fiscal français, qui a peut-être des conséquences, mais ce n'est pas de notre responsabilité. C'est aux autorités françaises de faire l'analyse"

  • M6749774 le lundi 17 déc 2012 à 11:49

    La politique du gouvernement actuel c'est de faire entrer des pauvres, qui resteront pauvres et qui voteront à gauche. D'autre part, de faire fuir les riches qui ne voteront pas à gauche. Le parti socialiste sera ainsi assuré de rester au pouvoir. C'est la destruction progressive de la France car il faudra, pour ceux qui restent, payer de plus en plus d’impôts au fur et à mesure des départs ce qui en fera fuir encore davantage et ainsi de suite. OUI c'est de la pure trahison.