Fiscalité, emploi, déficit : deux visions opposées

le
2
Les sujets économiques, fiscaux et sociaux ont occupé une large partie du débat mercredi soir entre les deux candidats à l'élection présidentielle.
• Chômage

Les postulants à l'Élysée ont attaqué ce débat de second tour sur la question de la lutte contre le chômage, chacun des deux y allant de ses chiffres (1 million de chômeurs en plus depuis 2007 selon François Hollande, 400.000 selon Nicolas Sarkozy) et de ses propositions.

Le candidat socialiste a mis en avant les 150.000 emplois d'avenir qu'il entend créer dans les quartiers populaires pour les jeunes en difficulté et les 500.000 contrats de génération (l'embauche d'un jeune en CDI en échange du maintien dans l'emploi d'un senior, grâce à des exonérations de charge) qu'il souhaite développer dans les entreprises. Le président sortant a, quant à lui, mis en avant les accords compétitivité-emploi qu'il propose de négocier dans les entreprises pour mieux adapter les salaires et la durée du travail à la conjoncture, et aussi la TVA antidélocalisation, qui permettra de baisser le coût du travail en France.

Les deux candidats auront finalement passé a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 3 mai 2012 à 09:16

    JPi- Expliquons à Mr Hollande que la baisse des taux a eu lieu. Expliquons à Mr Hollande que les états de l'UE sont contre les euro bonds tant que la France ne commencera pas à réduire ses dépenses. Ces états n'achèteront pas des euro bonds pour favoriser 1- la croissance française 2- le niveau des dépenses françaises. Pour assurer la croissance ces états pensent à la compétitivité et donc, pour la France: 1- à la fin des 35 h, 2- à la diminution des dépenses publiques 3- et des impôts.

  • M4189758 le jeudi 3 mai 2012 à 09:15

    JPi - La presse fait bien son boulot mais les commentateurs payeront comme les autres. A la question : comment réduire les dépenses ? Mr Hollande répond : « nous allons augmenter les impôts ». Journaleux incapables d'obtenir une réponse à une question. Les 500.000 contrats de génération a quels coûts les estiment-on ? Impossible à dire, mais très cher. Cad on va encore augmenter les impôts. Trop c’est …