Fiscalité écologique : les Verts évoquent leur sortie du gouvernement

le
21
Fiscalité écologique : les Verts évoquent leur sortie du gouvernement
Fiscalité écologique : les Verts évoquent leur sortie du gouvernement

Deux jours après le pataquès autour d'une hausse de la taxation du diesel, les Verts ne décolèrent pas. Et menacent à demi-mot de quitter le gouvernement si l'exécutif ne tient pas ses promesses. Barbara Pompili et François de Rugy, coprésidents du groupe EELV à l'Assemblée nationale, ont prévenu de concert que Jean-Marc Ayrault avait intérêt à rapidement verdir réellement sa politique . «S'il n'y a pas une grande orientation prise sur l'écologie avant la fin de l'année, cela va être compliqué de rester (au gouvernement), vraiment», a déclaré vendredi matin sur RTL la députée de la Somme. «J'ai toujours été de ceux qui disaient qu'il fallait être au gouvernement pour avancer. Je continue de le penser. Mais à un moment, il faut que le gouvernement montre qu'il tient ses engagements», a ajouté Barbara Pompili.

Tout va se jouer dans les mois à venir, a-t-elle insisté. «L'automne est une période de rendez-vous sur la transition écologique. S'il n'y a pas de trajectoire, c'est vrai que cela posera problème», a-t-elle précisé. François de Rugy, l'autre coprésident du groupe EELV, laisse entendre la même chose. Invité de Radio Classique, il a avoué que «si on était amené à ne pas voter le budget parce qu'il n'y a rien (ndlr : sur la fiscalité écologique), si les engagements pris par le gouvernement ne sont pas respectés par le gouvernement, on ne pourra pas suivre.» Il a également évoqué lors de son interview les «conséquences politiques» si les Verts ne votaient pas le budget parce que la hausse de la taxation sur le diesel n'était finalement pas retenue.

Barbara Pompili : «Le diesel tue des gens»

Mercredi, le ministre de l'Ecologie Philippe Martin, et celui chargé des Relations avec le Parlement Alain Vidalies, avaient affirmé que la piste d'une hausse de la taxation du diesel, réclamée par les écologistes, avait été «abandonnée» par le gouvernement dans le projet de budget ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual le vendredi 13 sept 2013 à 13:55

    menacent simplement car la place est trop bonne et bien juteuse !on va voir s ils en auront le courage ,,,,allez les verres !

  • M4426670 le vendredi 13 sept 2013 à 11:21

    Qu'ils s'en aillent! C'est une bonne occasion pour réduire le nombre des députés qui vivent aux crochets des français qui travaillent!!!!!

  • derastea le vendredi 13 sept 2013 à 10:30

    frk987, merci pour ce nouveau mot que je vais utiliser, SOCIALOPES

  • mipolod le vendredi 13 sept 2013 à 10:22

    Même pas cap...!

  • M5462830 le vendredi 13 sept 2013 à 10:16

    enfin debarrassés de ces nuls

  • frk987 le vendredi 13 sept 2013 à 10:15

    Une lueur d'intelligence, ces c.. ont tout à perdre à fraterniser avec les socialopes si ce n'est à garder leurs rémunérations personnelles de zélus. C'est exactement ce que Cohn-Bendit leur avait dit !!!!

  • M81739 le vendredi 13 sept 2013 à 10:10

    CHICHE !!!!....

  • LeRaleur le vendredi 13 sept 2013 à 10:03

    Avec 2% en leur faveur, les khmers verts ne sont rien et n'auraient pas dû entrer au gouvernement.

  • M1310580 le vendredi 13 sept 2013 à 09:58

    oui sortez

  • M3335165 le vendredi 13 sept 2013 à 09:56

    J'espère qu'ils seront partis ce soir !