Fiscalité: Ayrault a ouvert le bal des discussions

le
0
Le premier ministre a reçu hier syndicats et patronat pour échanger sur « la remise à plat » promise des impôts. Bilan ? Peu de consensus.

De l'art d'ouvrir le bal avec les bons interlocuteurs... Premiers reçus par le premier ministre lundi pour échanger sur «la remise à plat de la fiscalité», les leaders syndicaux ont tenu des propos qui ont dû mettre du baume au c½ur à Jean-Marc Ayrault. «Le ras-le-bol fiscal, ce n'est pas notre mot. Il y a un malaise fiscal: il faut que l'impôt soit perçu équitablement, que personne n'y échappe», a estimé d'entrée de jeu Jean-Claude Mailly, le patron de FO. Sous-entendu: le problème, c'est l'absence d'équité de l'impôt, et non son niveau élevé. «L'impôt n'est pas une punition, à condition d'être juste et lisible», a abondé Laurent Berger, le numéro un de la CFDT. Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT, a été encore plus catégorique: «Pour nous, il n'y a pas de ras-le-bol fiscal. La question posée, c'est ce...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant