Firmino Morgado (Fidelity) : " Ma manière d'être agressif est fonction de la liquidité"

le
0
(NEWSManagers.com) - FIRMINO MORGADO (FIDELITY FUNDS EUROPEAN AGGRESSIVE) Depuis le 5 novembre 2008, Firmino Morgado a pris en charge et redressé le compartiment European Aggressive de la sicav luxembourgeoise Fidelity Funds. Depuis mars, ce produit actions surperforme confortablement le marché. Pour l'ensemble de 2009, le fonds a gagné 35,63 %, contre 31,60 % pour le MSCI Europe, et son encours à fin décembre se situait à 930 millions d'euros, grâce à la fois à un effet de marché positif et à des souscriptions brutes de 242 millions d'euros.
Newsmanagers : Y a-t-il un fil rouge dans votre expérience, depuis sept ans que vous gérez des fonds pour Fidelity ?
Firmino Morgado : J'ai notamment géré le fonds Iberic, le plus agressif de la gamme Fidelity avec 25 % concentrés sur deux actions, Telefónica et Santander. J'ai connu trois périodes de marchés baissiers et j'en retire au moins un enseignement : la liquidité est le point central !
NM : Comment s'exprime votre agressivité ?
F. M. : En fait, ma façon d'être agressif est différente selon la liquidité ambiante. Quand elle revient, mes portefeuilles redeviennent plus concentrés. L'agressivité n'est pas fonction du nombre de lignes dans le portefeuille mais de la corrélation entre elles.
NM : Quelle méthode pratiquez-vous, alors ?
F. M. Nous sélectionnons les thèmes d'investissement que nous jugeons porteurs, prometteurs, qui affichent un beta supérieur au marché. Actuellement, nous en avons 22 en portefeuille ou en observation, en réserve. Au sein de chacun, nous répartissons la mise en fonction de la liquidité des valeurs qui en font partie. Plus les titres sont liquides, moins nous utilisons de lignes.
En ce qui concerne les thèmes d'investissement, je m'intéresse par exemple aux banques en Roumanie. Bien que la question du crédit reste négative, il y a dans ce pays deux éléments positifs : la dynamique de convergence européenne et la consolidation du marché bancaire. Autre exemple: la publicité. J'ai toujours pensé que je devais être un peu en avance sur les changements qui interviennent sur le marché et j'ai donc toujours essayé soit d'investir en tout début de cycle soit alors d'être contre-cyclique. La publicité est l'un des premiers postes que les entreprises coupent en cas de crise et l'un des premiers dans lesquels elles investissent en cas de reprise. J'ai donc récemment investi dans des entreprises qui vont bénéficier de la reprise publicitaire, comme Publicis ou M6.
NM : Comment la sélection des thèmes s'opère-t-elle ?
F. M. : Quand les analystes sont très négatifs, nous sommes très intéressés. Et nous commençons à étudier le dossier pour voir comment nous pouvons " jouer" ce thème, et sur quelles valeurs, une fois que nous l'avons bien compris et que nous le jugeons mûr dans une optique de six à douze mois.
NM : Couvrez-vous votre risque ?
F. M. : Nous n'utilisons ni dérivés ni ventes à découvert pour la protection à la baisse. Par sa nature, ce fonds doit surperformer en période de reprise, mais il sous-performera dans un environnement baissier. De toutes façons, si vous croyez que le marché va baisser, n'achetez pas ce fonds ; de fait, n'ayez pas d'actions en portefeuille !

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant