Fiona : l'enquête avance... à petits pas

le
1
L'hommage des anonymes à la petite victime devant la maison où elle a vécu, peu après les aveux de ses parents.
L'hommage des anonymes à la petite victime devant la maison où elle a vécu, peu après les aveux de ses parents.

Le visage angélique de Fiona, 5 ans, a disparu des génériques des journaux télévisés. Pourtant, l'affaire a beau connaître une accalmie cathodique, elle n'en demeure pas moins la préoccupation majeure des enquêteurs clermontois et, plus étonnamment, du comité de soutien créé dès le début le l'histoire, en mai dernier.Policiers et gendarmes poursuivent leurs investigations minutieuses sur le terrain en toute discrétion, bien loin du barnum médiatique suscité cet automne lors des recherches organisées en présence de la mère et du beau-père de l'enfant. Maison après maison, cartes d'état-major en main, aidés de "tous les moyens disponibles", les hommes de la police judiciaire tentent patiemment de retrouver l'endroit où la malheureuse enfant a pu être enterrée. Des reconnaissances aériennes sont également envisagées dans le secteur.

Périmètre élargiCar l'amnésie partielle de la mère, Cécile Bourgeon, et du beau-père de Fiona, Berkane Maklouf - tous deux incarcérés et mis en examen pour coups mortels aggravés - n'a pas permis de localiser la dépouille. Le couple a reconnu qu'il avait enterré l'enfant à proximité du lac d'Aydat, après avoir fait croire pendant quatre mois que Fiona avait été enlevée. Mais leur mémoire leur fait défaut. Mise en scène calculée ou terrifiante réalité ? Difficile de trancher. Les enquêteurs, eux, doivent composer."Nous avons élargi le périmètre des recherches pour repérer un endroit qui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8412500 le vendredi 22 nov 2013 à 17:31

    quel monde dans lequel nous vivons tuer son propre enfant quel tristesse en plus rouler les gens dans la farine