Finkielkraut : «Je suis un intellectuel juif et français»

le
0
INTERVIEW - Alain Finkielkraut, qui participait dimanche à la première convention nationale du Crif, revient sur la bataille autour de l'appel «Appel à la Raison-Jcall» qui réclame la création d'un État palestinien.

LE FIGARO. - Faut-il s'aligner sur la politique du gouvernement israélien, au nom de l'unité des Juifs de diaspora comme le prônent certains, ou assumer la pluralité des opinions?

ALAIN FINKIELKRAUT. - Ici, les Juifs souffrent de voir Israël sans cesse critiqué et réclament un soutien inconditionnel. Mais il est absurde de réclamer une unité qui n'existe pas même en Israël, où l'opinion est divisée sur la politique conduite par le gouvernement.

Quel est la nature de votre lien à Israël?

Mon soutien est indéfectible, mais pas inconditionnel. Ces derniers temps, mon attachement est renforcé par la vulnérabilité d'Israël. Le sionisme a échoué dans sa tentative de normaliser la vie juive. Finalement les stéréotypes antisémites se recyclent contre Israël. Le tragique du destin juif se referme sur Israël dit l'écrivain David Grossman. Et cette fragilité, bien réelle, nourrit mon amour de ce pays, j'en ai conscience.

Êtes-vous sioniste?

Si je l'étais, je

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant