« Financières : on n'a jamais vu des valorisations aussi faibles », Laurent Deydier, Messieurs Hottinguer et Cie

le
6

Laurent Deydier, Directeur Général Adjoint de Messieurs Hottinguer et Cie, n'anticipe pas de relèvement des taux de la Fed en juin en raison de l'événement majeur du Brexit pour l'Europe. Le gérant privilégie les thématiques value et domestique européenne en allant sur des secteurs comme la construction et les financières.
Laurent Deydier, Directeur Général Adjoint de Messieurs Hottinguer et Cie, était l'invité de Lucie Morlot dans l'émission Direct Marchés.

Copyright (c) 2016 www.TVFinance.fr


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jeanet66 le jeudi 26 mai 2016 à 21:03

    moi j'ai vendu mes financières aucun intérèt

  • jeanet66 le jeudi 26 mai 2016 à 21:02

    oui MAIS c'est justifié : taux négatifs rachat des préts ils ne peuvent plus gagner du fric ! plus de PP plus d'acheteurs d'assurances vie en euros !

  • jmlhomme le mercredi 18 mai 2016 à 14:22

    N'investissez pas c'est perdu d'avance. Finie la spéculation ( Les Trades) finie l'exploitation des Clients, finis les crédits usuriers, finis les comptes trucqués via les paradis fiscaux, finis les actifs en comptoir de marbre sans interet client..... BREF Fuyez les. Analyser vos portefeuilles SICAV en Rendements.... regardez ce qu'il vous en coute en Gestion de patrimoine ( Les pertes réelles ) ....

  • Jermaup le lundi 16 mai 2016 à 19:05

    Ils ont voulu spéculer dans des produits à haut effet de levier. Les futurs sont mauvais dans tous les classes d'actifs. Et maintenant ils cherchent de la "fraîche" ... pour cacher la forêt derrière l'arbre ... qu"ils se débrouillent.

  • Jermaup le lundi 16 mai 2016 à 18:57

    En fait personne n'en veut, les valorisations des banques sont farcies de produits financiers dits «dérivés», qui se chiffre à des milliers de milliards de valeur «notionnelle» qui s'échangent de gré à gré. Dans un contexte de faible taux, sans inflation, faible croissance, et même des taux négatifs. Je n'ose imaginer les provisions dans ces actfs non performants, aggravées par les decollectes des pays exportateurs de petrole pris à la gorge avec des déficits budgétaires records

  • paspil le mercredi 27 avr 2016 à 19:37

    ils veulent vraiment qu'on achete les bancaires qu ils ont en portif ... pas un jour sans pub ...