Financière de l'Echiquier croit dans les valeurs européennes

le
0
Logo de la Financière l'Échiquier. (© A. Chaigneau)
Logo de la Financière l'Échiquier. (© A. Chaigneau)

L'heure de la revanche a sonné. La surperformance du marché boursier américain par rapport à ceux de la zone euro était entièrement justifiée. Depuis 2010, l'agglomération des bénéfices par action des sociétés américaines a progressé de 49% alors que celle des européennes a reculé de 3%, sur la même période. «Le produit intérieur brut de la zone euro n'a toujours pas retrouvé son niveau de 2007», explique Olivier de Berranger, directeur de la gestion diversifiée et taux de la Financière de l'Echiquier. Mais, tout a changé, estime le gérant : «Depuis octobre dernier, la zone euro ne fait que surprendre à la hausse», en termes de prévisions d'évolution du PIB.

Bloc "A lire aussi"

Olivier de Berranger estime que des trois bonnes raisons que la zone euro a de battre le consensus, l'avantage procuré par la dépréciation de l'euro est, lui, sous-estimé. Les marchés ont bien compris les effets bénéfiques pour l'économie européenne d'une politique «toujours aussi accommodante» de la Banque centrale européenne, qui a commencé, le 9 mars, à racheter des obligations d'Etat, soit huit après... que la Réserve fédérale l'a fait aux Etats-Unis.

Les investisseurs ont aussi bien prévu l'impact très favorable sur la croissance économique de la chute des prix du pétrole. En revanche, ils n'ont pas tous bien

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant