" Financière de Champlain aura toujours un fonctionnement indépendant"

le
0
(NEWSManagers.com) - Jean-François Descaves, président-directeur de la gestion de Financière de Champlain



La société de gestion Ecofi Investissements, filiale du groupe Crédit Coopératif, vient de prendre une participation de 58 % au capital de la Financière de Champlain, société spécialisée dans l' univers du développement durable. Jean-François Descaves revient sur l'enjeu et les suites de ce rapprochement.

Newsmanagers : D' un point de vue organisation, l'arrivée d' Ecofi Investissements au capital de votre société va-t-elle vous conduire à fusionner des équipes ou au contraire, allez-vous fonctionner de manière indépendante ?

Jean-François Descaves : Il n'y aura pas de révolution majeure. Nous allons bien entendu mettre en commun nos savoir-faire pour nous aider mutuellement sur différents projets de développement. Les équipes commerciales continueront à fonctionner de manière indépendante mais coordonnée, tout comme nos équipes de gestion respectives. Le parcours de Financière de Champlain est le résultat d'une certaine liberté de gestion, que nous souhaitons préserver. Nous gardons la main sur nos recrutements, porteurs de nos valeurs. A ce propos, Financière de Champlain vient d'embaucher deux nouvelles personnes. Olivier Ken, diplômé de la SFAF, nous rejoint en tant qu'analyste buy side spécialisé dans l'environnement après 10 ans d' expérience chez Jeffries INTL, banque d' investissement pionnière en matière de " cleantech" aux Etats-Unis. Son expérience internationale nous aidera notamment à identifier les leaders de demain en renforçant notre proximité avec les entreprises par une plus forte présence sur le terrain, notamment à l'international. Jean Philippe Marsan a lui été recruté pour renforcer notre équipe commerciale. Sa mission sera surtout de sensibiliser la clientèle des conseillers en gestion de patrimoine (CGPI) aux enjeux de la gestion éthique, sachant qu' il était précédemment analyste ISR pour le compte d' Arkeon.
Quant à la gamme, nous n'avons pas prévu de la réorganiser. Nous allons bien sûr créer ensemble des produits, car nous avons pleins d'idées à mettre en commun et nos expertises sont très complémentaires. Mais notre priorité à court terme est de bien gérer les produits existants.

NM : Le réseau du Crédit Coopératif vous offre-t-il un nouveau canal de distribution ?

J-F D.: Pour l'instant, nous n'allons pas distribuer nos produits au sein du réseau Crédit Coopératif. Sa clientèle n'est traditionnellement pas attirée par les produits investis en actions et recherche plutôt des placements prudents et éthiques. Cela étant, nous n'excluons pas, à plus long terme, de le faire. Cela paraitrait d'ailleurs tout à fait naturel, puisque nous avons une approche différente de la gestion actions. Nous partageons d'ailleurs de nombreuses valeurs avec le Crédit Coopératif. L'alliance avec Ecofi Investissements nous permettra surtout de répondre à un certain nombre d'appels d'offres desquels nous étions jusqu'à présent exclus, notamment dans le domaine de l'épargne salariale, où les sociétés de gestion doivent présenter une gamme complète de produits couvrant toutes les classes d'actifs. Nos clientèles sont également complémentaires : essentiellement institutionnelle pour Ecofi Investissement, historiquement issue des conseillers en gestion de patrimoine indépendants pour nous.

NM : Vous vous êtes récemment lancés dans un chantier d'ISR-isation de vos produits, que signifie cette démarche pour la gestion de vos fonds ?

J-F D.: " L'ISR-isation" de notre gamme est un chantier de longue haleine, que nous avons entamé il y a deux ans. La démarche s'inscrit dans notre logique d'investissement. Investir dans l'environnement et la santé c'est bien, mais la prise en compte de la responsabilité sociale de ces entreprises est essentielle. Nous investissons dans les sociétés qui sont bien notées par Ethifinance sur des critères extra-financiers. Nous visons fin 2011 pour que tous nos portefeuilles de fonds actions aient une note ESG globale de plus de 45/100, sachant que c' est déjà le cas pour nos fonds ISR.

En 2010, le projet d'ISR-isation s'est accéléré. Aujourd'hui environ 60 % des portefeuilles de nos fonds thématiques sont dans ce cas. Nous nous sommes donnés jusqu'à fin 2011 pour que ce soit le cas pour l'ensemble de nos fonds actions. Dans ces fonds, l' approche d'exclusion sera également appliquée, avec, par exemple, un maximum de 10 % investi dans des sociétés présentes dans les énergies renouvelables mais ayant une activité liée aux énergies fossiles comprise entre 20 % et 50% du chiffre d'affaires.

NM : Quels sont les prochains chantiers de la Financière de Champlain ?

J-F D.: Nous sommes en train de mettre en place des indicateurs économiques, sociaux et environnementaux, baptisés " 3 P" , pour nos portefeuilles. Nous proposerons, à terme, aux investisseurs une pastille apparente sur les fiches des différents fonds, résumant les progrès réalisés par les entreprises en matière d' émission de CO2 et de création nette d' emplois des entreprises en portefeuille. Nous voulons toucher davantage le grand public, dont les exigences sont légitimes en termes de transparence et de conviction. A ce titre, nous venons également de publier un " Livre Blanc " sur la transparence. Nous souhaitons également développer notre filiale Champlain Ressources Naturelles, qui permet au grand public d'investir dans des entreprises non cotées liées à la gestion durable des ressources naturelles et notamment les Bois&Forêts au travers de Foncière Forestière. Cette société réalise une augmentation de capital à laquelle il est possible de souscrire jusqu' à la fin de l' année. L'obtention du Label Finansol permettra également à Financière de Champlain d'intéresser davantage les particuliers à son fonds de partage Champlain Solidarité.


info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant