Financière Arbevel compte changer de braquet

le
0
(NEWSManagers.com) - Rachetée fin 2008 par deux anciens de Citigroup, Jean-Baptiste Delabare et Sébastien Lalevée, Financière Arbevel vient d'obtenir l'agrément de l'Autorité des marchés financiers qui lui permet de mettre une corde supplémentaire à son arc : le capital investissement. Un nouveau métier qui a d'ores et déjà conduit la société de gestion à recruter un professionnel de plus et pourrait également l'amener à lancer prochainement un fonds commun de placement à risques.
Avec ce projet, Financière Arbevel s'ancrera un peu plus encore dans le monde des petites et moyennes capitalisations. L'ancienne société de gestion de Jean Berruyer dispose en effet de trois fonds : Pluvalca France Small Caps, Pluvalca France et, dernier né concocté par la nouvelle équipe, cette fois, Pluvalca Evolution. " Nous avons néanmoins revu la composition des portefeuilles, insiste Sébastien Lalevée, directeur général délégué. Ce dernier a en effet réduit le nombre de lignes au sein de Pluvalca Small Caps de 110 à 70 avec une capitalisation médiane de 190 millions d'euros, sachant que 60 % de l'actif sont composés de capitalisations inférieures à 300 millions d'euros. De son côté, Pulvalca France a vu sa capitalisation moyenne passée de moins de un milliard d'euros à 3 milliards. " Pour une raison simple, explique Sébastien Lalevée : nous voulons donner de la personnalité à des fonds qui étaient très ressemblants jusque là." D'où un portefeuille également plus concentré - entre 45 et 50 valeurs - mais une diversification toujours importante, les dix premières lignes de titres représentant 35 % de l'actif.
De son côté, Pluvalca Evolution, lancé le 30 octobre 2009, marque sa différence dans la mesure où il s'agit d'un fonds diversifié s'autorisant une gestion flexible afin de respecter son objectif de préservation du capital. " Acheter et attendre" s'affiche comme la philosophie de l'OPCVM dont le portefeuille est nettement concentré, entre 20 et 30 valeurs. Les responsables de Financière Arbevel veillent cependant à ce qu'il n'y ait pas de confusion des genres. " Nous n'avons pas les compétences pour gérer une poche obligataire, explique Jean-Baptiste Delabare, président directeur général de la société. Aussi la flexibilité passe-t-elle essentiellement par un recours à une poche monétaire " qui se comporte comme un parachute" et représente 15 % actuellement.
Aujourd'hui, après avoir investi dans des outils de contrôle des risques et réalisé des performances remarquables en 2009 sur Pluvalca Small Caps et Pluvalca France (69,5 % et 71,1 % respectivement) les dirigeants de Financière Arbevel, dont la vision macroéconomique doit empêcher de réitérer le difficile exercice 2008, en pleine crise des marchés, ont pour objectif d'accroitre la collecte sur les fonds, et développer la gestion privée, une activité à laquelle Jean-Baptiste Delabare croit beaucoup. L'encours sur les trois fonds atteint aujourd'hui 53 millions d'euros et les mandats 27 millions d'euros.

Toujours en chiffres, la société de gestion grâce à l'apport d' investisseurs institutionnels affiche cette année comme en 2009 une collecte nette positive. Pour autant, la piste des conseillers en gestion de patrimoine n'est pas délaissée, il s'en faut, les épargnants étant des investisseurs moins " volatils" que certains grands. D'ores et déjà, la société de gestion dont la majorité des fonds est toujours détenue par des particuliers, est référencée chez des courtiers en ligne ( Boursorama, Fortuneo, etc) et plusieurs plateformes dédiées aux CGPI . Et à la question de savoir si l'univers d'investissement des petites valeurs pourrait se révéler un handicap pour la société de gestion en cas d'apport important, Sébastien Lalevée est catégorique. " Nous savons gérer avec 80 millions d'euros mais nous sommes structurés pour gérer 200 millions?"

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant