Finances publiques : les projets évalués

le
4
L'Institut de l'entreprise juge optimistes les chiffrages des programmes de Nicolas Sarkozy et surtout de François Hollande.

Les deux finalistes sont connus, leurs programmes énoncés. L'Institut de l'entreprise fait ainsi le point sur l'enveloppe qui manquera à chacun des candidats pour tenir ses engagements. D'après les calculs du cercle de réflexion patronal, ce besoin de financement supplémentaire s'élèvera à 11,4 milliards d'euros du côté du candidat UMP, qui a prévu un retour à l'équilibre des finances publiques en 2016. Au candidat PS, qui ne s'est pas engagé sur un équilibre budgétaire avant 2017, il manquera néanmoins encore 12,1 milliards à cette date-là.

Eudoxe Denis, directeur des études de l'Institut de l'entreprise, explique que «Nicolas Sarkozy a entièrement chiffré son programme alors que François Hollande n'a détaillé qu'une partie de l'effort de redressement budgétaire qu'il entend soutenir». En revanche, selon lui, certaines économies avancées par le président sortant «paraissent très ambitieuses ou surestimées». Et des deux côtés, l'écart constaté s

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 26 avr 2012 à 10:59

    JPi - Mr Hollande est pour les eurosbonds. Les autres de l'UE aussi mais après que la France aura commencer à réduire ses dépenses. Mr Hollande est pour la baisse des taux européens. La baisse des taux a déjà eu lieu et il ne nous reste que le baisage de culotte.Mr Hollande est pour la croissance mais il augmente encore plus les impôts. Mr Hollande veut réduire le déficit France mais il commence par augmenter les dépenses de 30 Mrds d'euros.

  • M4261473 le jeudi 26 avr 2012 à 10:43

    Qui va payer, la classe moyenne évidemment.

  • M5482878 le jeudi 26 avr 2012 à 08:27

    MENSONGES DEPUIS 2007.............................................

  • M4189758 le jeudi 26 avr 2012 à 07:51

    JPi - Le PS prévoit 30 Mrds de dépenses en plus. Alors je ne comprends pas cette évaluation. elle est mensongère. Quand aux emplois aidés (contrat de solidarité entre générations ) ils couteront très chers et impossible à calculer aujourd'hui puisque cela dépendra de son succes auprès des entreprises. Très, très cher et gros, gros succes. Problème on n'a pas cet argent.