Finances publiques : les Français rechignent à faire des efforts

le
12
Finances publiques : les Français rechignent à faire des efforts
Finances publiques : les Français rechignent à faire des efforts

Les Français sont très partagés sur les efforts à faire pour redresser la situation économique du pays. C'est ce qui ressort d'un sondage Odoxa, dévoilé ce jeudi par Challenges et BFM Business, selon lequel 4 Français sur 10 estiment «indispensable» de demander des efforts à la population.

Au-delà de cette tendance générale, cette étude révèle aussi des tendances fortes, telles que l'acceptation de certaines réformes et un net refus d'autres mesures. De «nombreux efforts seraient largement acceptés, mais jamais ceux relevant de la santé ou des pensions-retraites», précise l'enquête.

Ainsi, près de 8 personnes sur 10 se disent favorables à ce que les allocations familiales soient conditionnées aux revenus de leurs bénéficiaires. Les «deux tiers des Français (65%) approuveraient aussi la mise en place d'une dégressivité des indemnités» versées aux chômeurs, ou que les aides au logement dédiées aux étudiants «soient conditionnées aux revenus de leurs parents».

QUESTION DU JOUR. Faut-il réduire la durée des indemnisations chomage

Oui aux efforts... faits par les autres

A contrario, 92% des personnes interrogées rejettent l'idée d'une baisse des pensions versées aux retraités. Les trois-quarts sont également contre une réduction des remboursements de dépenses de santé (73%) et contre l'institution d'une franchise sur celles-ci (78%). Concernant la durée du travail, 67% des Français sont contre l'idée de travailler deux heures de plus par semaine sans rémunération supplémentaire.

L'étude note que «si la problématique du sacrifice est l'apanage historique du discours de la droite, les sympathisants de gauche sont très majoritaires (58%) à adhérer à cette idée, alors que les sympathisants de droite y sont largement hostiles (67% opposés)». Ce paradoxe s'expliquerait par le manque de «crédibilité» du gouvernement de gauche auprès des sympathisants de droite, selon elle.

Enfin, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • oudeboye le jeudi 9 oct 2014 à 15:28

    Au lieu de ponctionner les français, il faudrait déjà faire le ménage à leur porte. Limiter la dépense publique au niveau de leur rémunération, qu'il ait un salaire moyen de 1900 euros à tous.

  • pademaug le jeudi 9 oct 2014 à 14:12

    des efforts, oui, mais pour tout le monde ! Pas que pour les 10% de Francais qui payent deja 85% d'impot...

  • lsleleu le jeudi 9 oct 2014 à 12:54

    Je croyais, en regardant mes feuilles d'impôts, que les efforts étaient déjà fait !

  • remimar3 le jeudi 9 oct 2014 à 12:51

    J'envie les suisses qui sont neutres et ne financent une armée que pour se défendre. Idem pour le Costa Rica qui a supprimé son armée. Le matracage fiscal a commencé sous le quinquennat précédent avec tout un tas de nouvelles atxes et l'augmentation de la CSG. Les 2 premières années du quinquennat suivant ont été un vrai coup de massue pour les français. Qu'esperez vous ? Qu'on rigole en plus d'être des vaches à lait ?

  • tropfort le jeudi 9 oct 2014 à 11:39

    Les responsables (élus et fonctionnaires) d'abord + on arrête de financer l'armée MONDE et la sécu MONDE avec le peu de travailleurs français = Les français seront à nouveau d'accord (comme en 2012)pour les réformes. Sinon, qu'ils n'y pensent même pas, la révolte massive gronde...

  • roulio86 le jeudi 9 oct 2014 à 11:34

    je commencerais a faire des efforts quand le gouvernement me montrera l'exemple, suppression des indemnités non imposables, abolition de primes et avantages, suppression du cumul des mandats,diminution de leur nombre etc....ils devraient avoir le même traitement que tout citoyen Français.....

  • syndicie le jeudi 9 oct 2014 à 11:12

    La population est aussi constituée par ses représentants... alors, qu'ils montrent l'exemple et tapent sur les retraites des fonctionnaires, les cumuls des mandats de nos politiciens, de leurs avantages en nature qu'ils devraient dès lors baisser et évaluer pour rentrer dans le calcul de leurs impôts, comme tous les citoyens de ce pays travaillant et bénéficiant de rares avantages, mais imposés aux revenus !Du courage avec une exemplarité de notre gouvernement, s'il vous plait !

  • frk987 le jeudi 9 oct 2014 à 10:56

    De gré ou de force les français les feront les économies, alors autant que ce soit de gré que sous la tutelle de la BCE, de l'UE et du FMI !!!!

  • ceriz le jeudi 9 oct 2014 à 10:34

    c à tous les politiques et élus ! de faire des eforts! ils sont en surnombre partout et trop payés ! messieurs on attends........avant que ça se gâte pour vous

  • sidelcr le jeudi 9 oct 2014 à 10:30

    Je plussoie également Salaf en y rajoutant une baisse des effectifs .